Catégories
Articles récents
29/06/2022
AccueilCommuniquéZone Interdite/Roubaix : Musulmans de France « regrette » une médiatisation déformante

Zone Interdite/Roubaix : Musulmans de France « regrette » une médiatisation déformante

La fédération Musulmans de France (ex-UOIF) a réagi à la diffusion sur M6 d’un numéro consacré à l’islam radical. Elle dénonce dans un communiqué « l’image désastreuse donnée ​de la ville de Roubaix dont ​la population ne tarit pas d’efforts pour s’en sortir​​ » et soutient l’action de l’Etat dans sa lutte contre le radicalisme.

La vague de réaction à la suite de l’émission Zone Interdite sur l’islam radical ne finit pas de se poursuivre. C’était il y a quelques heures à Musulmans de France, l’une des principales fédérations regroupant des associations et lieux de culte musulmans en France, de réagir. MF a tenté de se joindre aux sons de cloche dénonçant une médiatisation biaisée et sensationnaliste de la ville de Roubaix.

« Ce reportage avait manifestement​ comme objectif de démontrer une emprise supposée de l’islamisme radical sur des quartiers entiers de nos villes, et que cette radicalisation défierait dangereusement la République, ses principes et ses valeurs », écrit la Fédération qui regrette les amalgames.

« De telles émissions foisonnent de façon récurrente à l’approche de chaque échéance électorale où la surenchère des extrêmes de tout bord sévit dangereusement. Ce genre d’émissions commentées en boucle sur les plateaux de télévision participe à distiller l’idée que l’islam constitue de façon consubstantielle un danger pour la France. »

MF condamne néanmoins « sans réserve » la lecture littérale épinglée dans le reportage sur Roubaix de Zone Interdite , en référence aux poupées privées d’yeux  et de bouche vendues dans certains commerces roubaisiens.

« Dans ce reportage, certaines lectures rétrogrades de l’islam y sont présentées. Nous les récusons sans réserve et nous œuvrons à ce qu’une compréhension authentique et compatible avec la société française rayonne partout. Cette lecture est déjà celle de la très grande majorité des musulmans de ce pays qui vivent pleinement leur citoyenneté et leur foi sans contradiction aucune. »

En 2016 déjà, certains observateurs préconisaient au ministère de l’Intérieur de s’appuyer sur l’ex-UOIF pour faire barrage au discours salafiste. Une proposition écartée par Manuel Valls, à l’époque Premier ministre de François Hollande après avoir été ministre de l’Intérieur.

Musulmans de France a réaffirmé également son soutien à l’action de l’Etat contre la « radicalisation », qu’elle juge minoritaire, et qui s’est traduit par la fermeture d’une vingtaine de lieux de culte, de snacks et débit de boisson, ou de librairies.

« Chaque fois que les lois et valeurs de la République sont bafouées, il est primordial que les services de l’Etat soient saisis ou investissent ces situations (…) Pour autant, cette radicalisation reste marginale, comme l’a rappelé à plusieurs reprises Le Ministre de l’Intérieur. La quasi-totalité des mosquées est en conformité avec les lois de la République. Seulement quelques salles de prières ont fait l’objet d’une fermeture administrative sur tout le territoire. »