Catégories
Articles récents
10/08/2022
AccueilHéritageUsul al kafi : le statut de l’intelligence dans la religion

Usul al kafi : le statut de l’intelligence dans la religion

Quel est le statut et la fonction de l’intelligence dans la religion musulmane ? Pour le comprendre, focus sur quelques traditions prophétiques et imamites extraites de la somme « Usul al Kafi » collectée par Mohammed Ibn Ya’qub Al-Kulayni Al-Razi, selon la traduction de A. et H. Benabderrahmane.

« Gabriel (s) fut envoyé à Adam (s) et lui dit : Ô Adam (s) ! Il m’a été ordonné de te faire choisir entre trois sujets. Choisis l’un des trois. – Adam (s) : Ô Gabriel (s) : Quels sont ces trois sujets ? – Gabriel (s) : L’intelligence ; la pudeur ; La Religion. – Adam (s) : Je choisis l’Intelligence. – Gabriel (s) ordonna alors à la pudeur et à la religion de partir et de quitter Adam (s). -Adam (s) : Ô Gabriel ! Il nous a été ordonné d’être l’allié de l’intelligence où qu’elle soit. – Gabriel (s) : C’est ta fonction. – Puis Gabriel (s) s’éleva ».

(De Ali Ibn Mohammed, selon Sahal Ibn Ziyad, selon Omar Ibn Othman, selon Mouffadal Ibn Salih, selon Sâ’ad Ibn Tarif, selon Al Asbagh Ibn Noubata, selon Ali (s).)

« Celui qui détient l’Intelligence, détient la Religion, celui qui détient la Religion, entre au Paradis »

(De Ahmed Ibn Idriss, selon Mohammed Ibn Hassan, selon Abi Mohammed Al-Razi, selon Saif Ibn Omayra, selon Ishaq Ibn Ammar déclarant avoir entendu Abu Abdullah (s) dire…)

« Au Jour de la Résurrection, Allah jugera les gens d’après le degré d’Intelligence dont Il les a pourvus dans la vie immédiate. »

(De certains de nos compagnons, selon Ahmed Ibo Mohammed Ibo Khaled, selon Al-Hassan Ibo Ali Ibn Yaqtin, selon Mohammed Ibn Sinan, selon Abi Al-Jaroud, d’après Abi Ja’afar (s)…)

« Rien n’est supérieur à l’Intelligence comme don de Dieu a Ses créatures. Le repos de l’être intelligent est supérieur à la nuit passée à veiller de l’ignorant. La pratique adorative ou culte constant de l’être intelligent est supérieure à l’état d’anesthésie intellectuelle de I ‘ignorant. Dieu n’a jamais envoyé ni un Messager ni un Prophète sans les avoir dotés de !’Intelligence complète, demeurant bien supérieure à toutes les intelligences de Sa Nation. Ce dont le Prophète dispose en lui est supérieur à l’effort d’interprétation des savants. La créature de Dieu ne peut accomplir les obligations sans la connaissance. « L’ensemble de la pratique adorative de tous les adorateurs communs ne peut rivaliser avec le degré de la pratique adorative de l’être intelligent. »

(De certains de nos compagnons, selon Ahmed Ibn Mohammed Ibn Khaled, selon certains de ses compagnons le détenant du Messager de Dieu (psl) ayant dit…)

« Ô Hichem, le commandeur des croyants (s) (Ali ibn Abi Talib, nde) a dit : Dieu n’est convenablement adoré qu’à travers l’intelligence, et nul ne peut parvenir à une pleine intelligence tant qu’il n’est pas pourvu : de la protection face à l’incrédulité et au mal ; de l’espérance de posséder de l’entendement et du bien; de la résolution de dépenser sagement ce qu’il possède; de faire preuve de retenue dans ses propos ; de la satisfaction de sa quote-part nourricière ; de la détermination dans la quête continuelle du savoir ; de l’acceptation d’être humilié pour l’amour de Dieu et non pas glorifié pour une autre cause; de l’humilité face au prestige; de la qualité de voir la grandeur dans le peu qui lui est offert ; de la bonté de ressentir le peu donné par sa générosité même abondante ; de la modestie de voir les autres mieux que lui-même; du sentiment d’être insensible à l’égard des autres : cette énumération constitue la liste de la plénitude de l’intelligence.

Ô Hichem, l’intelligent est celui qui ne ment en aucun cas pas même à son avantage. Ô Hichem, pas de croyance pour le caractère faible ; celui qui n’a pas de caractère est démuni de raison ; la grandeur d’âme est celle qui voit le danger à suivre la vie du monde d’ici-bas ; sachez que vos corps, n’ont de valeur qu’en fonction du Paradis, ne les vendez pas à vil prix.

Ô Hichem, le commandeur des croyants (s) a dit que l’intelligent se caractérise par trois aptitudes : répondre à la question posée ; parler lorsque les autres n’y parviennent pas ; faire l’éloge du Bien parmi ses proches. Celui qui est dépourvu de ces aptitudes est un insensé.

Le commandeur des croyants (s) a souligné ceci : Ne pas prendre place au sein d’une assemblée sans posséder ces trois aptitudes et au minimum l’une d’entre elles. Celui qui y prend place sans en détenir l’une, l’autre ou les trois, est l’insensé. »

(De certains de nos compagnons selon Abou Abdullah Ashari, d’après Hichem Al-Hakim disant que le septième Imam Abou Al Hassan Moussa (s) (Al-Kadhem) Ibn Ja’afar (s) lui a déclaré ceci…)

« L’intelligence est un voile protecteur ; la Vertu est une distinction visible ; cachez les défauts par le voile de la Vertu ; maîtrisez la passion par l’Intelligence et vous serez appréciés et aimés des gens ».

(De Ali Ibn Mohammed qui rapporte selon Sahal Ben Ziyad rapportant du commandeur des croyants (s) ayant dit…)

Abou Abdullah (s) (Jafar Sadiq, nde) a déclaré : « Ceux qui possèdent une profonde intelligence sont aussi ceux de noble moralité. »

(De Ali Ibn Ibrahim qui rapporte selon son père, selon Ja’afar Ibn Mohammed Al-Ashari, selon Obaydallah Al-Dahkan selon Dourousta, selon Ibrahim Ibn Abdilhamid disant…)

« L’argument de Dieu sur les gens est le Prophète ; l’argument des gens entre eux-mêmes et Dieu est l’intelligence. »

(Ali Ibn Mohammed le rapportant selon Sahal Ibn Ziyad, selon Mohammed Ibn Soulayman, selon Ali Ibn Ibrahim, selon Abdullah Ibn Sinan, selon Abou Abdullah (s) disant …)

« Le soutien de la personne c’est l’intelligence ; l’éveil provient de l’intelligence ainsi que l’entendement, la mémorisation et le savoir. L’homme trouve sa plénitude dans l’intelligence, elle est son guide et son phare, la clé de son rang social. Si son intelligence est éclairée par la lumière, alors elle fait de lui un savant, une personne chargée de conserver des choses précieuses, un esprit éveillé et clairvoyant se remémorant sans cesse Dieu.

Partant, il comprendra le pourquoi, le comment et le où. Il fera la distinction entre le conseilleur et le faussaire, il en déduira alors son chemin, sa destination, sa dévotion à l’Unicité de Dieu et son obéissance ; quand il aura intégré ces fondements à lui-même, il se remémorera son passé, s’emploiera à ce qui lui adviendra en connaissance de sa provenance, de son essence, de sa finalité, de son pourquoi dans la vie du monde d’ici-bas : en conclusion, l’intelligence est le principe actif »

(D’après une partie de nos compagnons rapportant selon Ahmed Ibn Mohammed, selon un dire rapporté directement de Abou Abdullah (s) ayant dit…)

« Le Messager de Dieu (psl) a dit : Ô Ali, rien n’est plus stérile que l’ignorance ; rien n’est plus fertile que l’Intelligence. »

(De Al-Hossein Ibn Mohammed rapportant selon Mou’âlla Ibn Mohammed, selon Al-Wacha’a, selon Hammad Ibn Othman, selon Al-Sirri Ibn Khaled, selon Abi Abdullah (s) disant…)