Catégories
Articles récents
30/09/2022
AccueilActualitesUne mosquée retirée des Journées du patrimoine par le ministère de l’Intérieur

Une mosquée retirée des Journées du patrimoine par le ministère de l’Intérieur

Initialement prévue dans le programme des lieux à visiter pour les Journées européennes du patrimoine, la mosquée de Saint-Chamond a été retirée sur dénonciation d’une ancienne élue du Rassemblement national.

Les samedi 17 et dimanche 18 septembre, à l’occasion des journées européennes du patrimoine les habitants de Saint-Chamond pourront visiter l’Eglise Notre-Dame, l’Eglise Saint-Ennemond, mais pas la mosquée Gençlik (CIMG) de la ville. Du moins, ils ne la trouveront plus indiquée sur le site officiel. D’abord intégré dans le programme, le lieu de culte musulman a été effacé des listes. Une suppression symbolique décidée par le ministère de l’Intérieur sous la pression de l’élue locale Isabelle Surply, anciennement Rassemblement nationale, selon Cnews.

Salle de prière de la mosquée Gençlik de Saint-Chaumond.

La chasse aux Milli Gorus

En cause ? La mosquée fait partie du Milli Gorus (CIMG), une grande fédération franco-turque de l’islam, prise en grippe par Gérald Darmanin après son refus de signer la charte de l’islam de France. Le ministre avait mené publiquement campagne pour s’opposer à l’ouverture d’une école de la fédération et avait soutenu la préfète qui avait bloqué la subvention de financement de la mosquée Eyyub Sultan à Strasbourg.

Cette décision, confirmant la politique d’alliance LREM/RN sur le dossier islam, a été saluée comme une victoire par Isabelle Surply, qui indique avoir réussi à faire « plier l’État ».

La mairie conteste cette exclusion

Ce n’est pas le premier fait d’arme anti-islam de l’élue. En juillet 2021, selon Le Figaro, l’élue publiait la vidéo d’un prêche de l’imam comorien Ahamada Mmadi dans lequel il citait un verset du Coran incitant les femmes pieuses à ne pas s’exhiber à la manière des femmes de la jahilliyya (époque antéislamique).

Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin avait immédiatement saisi l’affaire en faisant prononcer une obligation de quitter le territoire à l’imam comorien.

Une décision qui ne sera pas suivie par la mairie de Saint-Chamond qui ne comprend pas cette exclusion dans un communiqué.

« Cette mosquée, ses dirigeants et ses fidèles, entretient de très bons rapports avec la ville de Saint-Chamond et ses habitants. Dès lors, aucun élément probant ne pouvait justifier une interdiction ou une annulation de cette manifestation au programme des Journées européennes du patrimoine », a expliqué la mairie.