Catégories
Articles récents
02/10/2022
AccueilActualitesUne école juive orthodoxe démantelée pour « dérives sectaires »

Une école juive orthodoxe démantelée pour « dérives sectaires »

L’école juive Yeshiva Beth Yossef à Buissières (Seine-et-Marne) a été fermée à la suite de signalements sur des mauvais traitements infligés aux élèves.

Plus d’une centaine de gendarmes et des services préfectoraux. C’est l’effectif mobilisé contre une école juive orthodoxe située à Buissières en Seine-et-Marne, lundi 31 janvier.

Une opération massive qui a abouti au placement en garde de vue de seize responsables de l’établissement privé pour dérives sectaires, d’après une annonce du ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin.

« Les élèves étaient totalement isolés, retranchés dans des conditions insalubres et victimes de mauvais traitements », précise le site d’information de la chaîne Cnews.

Une enquête, apprend-on, a été ouverte pour «séquestration en bande organisée», «violences aggravées», «privation de soin et d’aliments» et «abus de faiblesse aggravé», selon les déclarations de la procureure de la République de Meaux.

« L’un des enfants de l’établissement, qui accueille principalement des Américains et des Israéliens de manière non-déclarée, a donné l’alerte après avoir fugué en juillet 2021 », écrit la même source qui s’appuie sur des témoignages révélés dans un article du Parisien.

Un établissement totalement délabré, des responsables violents avec les élèves, des affaires personnelles confisquées, une nourriture périmée, et des privations de nourriture fréquentes : les chefs d’accusation sont lourds. « Certains élèves vivraient même en vase clos, reclus dans l’école depuis plusieurs années », d’après la même source.

Crée en 1948, l’école juive orthodoxe Yeshiva Beth Yossef était connue pour le caractère strict de son fonctionnement. Uniforme et prières obligatoires, et un enseignement du Talmud et de la Torah, qualifié de « rigoriste ».

Toujours selon Le Parisien, 40 enfants auraient été placés en foyer d’ici la fin de l’enquête.

La Miviludes (mission interministérielle de vigilance et de lutte contre l’emprise sectaire), a effectué de son côté un signalement à la justice parlant d’«un discours de manipulation pouvant s’apparenter à une dérive sectaire».