Edit Template
lundi 24 juin 2024

Paris, Londres, Washington et Tokyo opposés à un cessez-le-feu à Gaza

Conseil de sécurité ONU

Un projet de résolution appelant à un cessez-le-feu à Gaza, proposé par la Russie, a été rejeté, lundi soir, au Conseil de sécurité de l’ONU. Le texte a recueilli 5 voix favorables et 4 voix défavorables dont celles de la France et des Etats-Unis. Une proposition doit recueillir au moins neuf voix, sans aucun véto de ses cinq membres permanents, pour être adoptée. Explications.

Un projet de résolution présenté par la Russie, appelant à un cessez-le-feu à Gaza dans le conflit israélo-palestinien, a été rejeté par le Conseil de sécurité de l’ONU lundi.

Le texte a recueilli cinq voix favorables (Chine, Gabon, Mozambique, Russie et Émirats arabes unis) et quatre voix défavorables (France, Japon, Royaume-Uni et États-Unis), alors que six autres membres du conseil se sont abstenus (Albanie, Brésil, Équateur, Ghana, Malte et Suisse).

« Les délégations des pays occidentaux ont piétiné les attentes »

Le projet de texte appelait à un cessez-le-feu humanitaire, à la libération de tous les otages, à l’accès à l’aide et à l’évacuation en toute sécurité des civils.

Pour que le Conseil puisse adopter une résolution, la proposition doit recueillir au moins neuf voix pour, sans qu’aucun de ses cinq membres permanents (Chine, Etats-Unis, France, Royaume-Uni et Russie) n’y oppose son veto. L’Ambassadeur de Russie, Vassily Nebenzia, a déclaré après le vote :

« Aujourd’hui, le monde entier attendait avec impatience que le Conseil de sécurité prenne des mesures pour mettre fin à l’effusion de sang, mais les délégations des pays occidentaux ont essentiellement piétiné ces attentes. »

Une autre résolution, présentée par le Brésil, devrait être soumise au vote mardi.

Le Hamas non mentionné

Pour le représentant de la Palestine auprès des Nations unies, Riyad Mansour, le Conseil de sécurité de l’ONU ne se contente que d’observer, depuis dix jours, les attaques contre deux millions d’habitants de la Bande de Gaza.

« Personne ne doit oublier qu’il s’agit de vies humaines, que les vies palestiniennes comptent aussi. Et personne ne doit entretenir l’illusion que tuer davantage de Palestiniens renforcera la sécurité des Israéliens. »

Bien que le groupe palestinien Hamas n’ait pas été mentionné dans le projet de résolution russe, tous les décès de civils y ont été condamnés.

Ce ne fut pas assez pour la représentante des États-Unis auprès de l’ONU, Linda Thomas-Greenfield, qui accuse la Russie de donner « une couverture à un groupe terroriste qui brutalise ses civils ». Elle déclare notamment que la résolution a été présentée sans aucune consultation et qu’elle ne mentionnait pas le Hamas.

A lire aussi :

NEWSLETTER

PUBLICATIONS

À PROPOS

Newsletter

© Mizane.info 2017 Tous droits réservés.

slot777