Edit Template
vendredi 12 juillet 2024

Ultradroite : dix hommes arrêtés pour « association de malfaiteurs terroriste »

Manifestation ultradroite Paris

Après l’ouverture d’une enquête par le Parquet national antiterroriste (Pnat), une opération antiterroriste a débouché, ces dernières semaines, sur l’arrestation de dix personnes proches de l’ultradroite. Quatre de ces individus, âgés de 17 à 60 ans, ont été mis en examen pour « association de malfaiteurs terroriste criminelle ». Zoom.

Quatre hommes acquis à l’idéologie de l’ultradroite ont été mis en examen vendredi soir par un juge antiterroriste à Paris. Cette mise en examen fait suite à l’interpellation en début de semaine de dix personnes, âgées de 17 à 60 ans environ, sur l’ensemble de la France.

L’enquête initiale avait été ouverte, en septembre dernier, par le parquet national antiterroriste (Pnat) et confiée à la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI). De nombreuses armes ou munitions ont été saisies aux domiciles des interpellés.

Une hostilité extrême à l’égard des immigrés et des juifs

Après l’ouverture d’une information judiciaire fin septembre, les enquêteurs ont interpellé dix hommes soupçonnés de préparer des « actions violentes contre différentes cibles ». Six, d’entre eux, ont été relâchés sans poursuite à ce stade.

Quatre personnes ont été mis en examen vendredi soir : un homme de 20 ans, un militaire actuellement en fonction, un ancien membre de la police et un mineur de 17 ans. De nombreuses armes ou munitions ont été saisies à leurs domiciles. Une partie de leurs propos est « extrêmement hostile à l’égard des immigrés, des juifs », selon une source proche du dossier qui précise :

« La plupart des interpellés sont passionnés d’armes et bercent dans un environnement idéologique qui va du survivalisme à l’extrême droite. Une partie de leurs propos est extrêmement hostile à l’égard des immigrés et des juifs. »

Dix projets d’attentats de l’ultradroite déjoués depuis 2017

Parmi les mis en cause : un jeune âgé d’une vingtaine d’années, originaire de Chambéry (Savoie) « féru d’armes à feu » qu’il se procurait via un fournisseur également interpellé dans l’ouest de la France. Une source de l’enquête précise :

« Des armes et des éléments entrant dans la fabrication du TATP ont été retrouvés au domicile du jeune homme acquis à l’idéologie de l’ultradroite. Il n’avait pas de projet d’attentat caractérisé mais avait « une haine des gauchistes, des juifs et des immigrés »

Les mis en cause ont soutenu qu’ils se procuraient des armes « à des fins de protection, de défense ». Mercredi dernier, un rapport parlementaire évoquait le nombre de 3 300 militants d’ultradroite dont 1 300 fichés S.

En juillet, le patron de la DGSI, Nicolas Lerner, avait alerté sur « la résurgence très préoccupante » des actions violentes de l’ultradroite. Dix projets d’attentat terroriste de l’ultradroite ont été déjoués depuis 2017.

A lire aussi :

NEWSLETTER

PUBLICATIONS

À PROPOS

Newsletter

© Mizane.info 2017 Tous droits réservés.

slot777