Catégories
Articles récents
31/03/2023
AccueilActualitesSéismes en Turquie/Syrie : le bilan s’alourdit

Séismes en Turquie/Syrie : le bilan s’alourdit

Séismes en Turquie/Syrie : le bilan s'alourdit jour après jour Mizane.info

La vague de séismes meurtriers qui a frappé le sud-est de la Turquie et le nord de la Syrie a fait un décompte provisoire de 5000 morts. Il s’agit selon les mots du président turc Erdogan de la « plus grande catastrophe » du pays depuis 1939, lorsqu’un séisme majeur avait frappé la province orientale d’Erzincan.

A l’aube, hier, un violent séisme a frappé le sud-est de la Turquie à 80 km de Gaziantep ainsi que le nord de la Syrie. Un séisme évalué à 7,8 de magnitude, ce qui est très élevé. Le bilan actuel évoque plus de 5000 morts.  Selon le vice-président turc, Fuat Oktay, 3419 personnes étaient mortes en Turquie, et 1602 personnes en Syrie. Un bilan provisoire qui serait encore loin du décompte macabre final. Selon certaines sources consultées par Mizane.info, le bilan pourrait s’élever à plusieurs dizaines de milliers de morts.

L’épicentre du séisme côté turc est situé à quelques dizaines de kilomètres de la grande ville de Gaziantep et à 80 km de la frontière syrienne. Plus de 2 800 bâtiments se sont effondrés.

50 répliques du séisme se sont manifestées dans la zone. Une de 7,5 sur l’échelle de Richter a touché lundi la Turquie à 11h24. près de la ville turque d’Ekinozu, à 100 km du premier séisme.

Christophe Voisin, sismologue au CNRS explique qu’il ne s’agit pas d’une « vraie réplique » de la secousse de la nuit, mais d’un véritable « second tremblement de terre qui aura sa propre séquence de répliques », sur France-info.

Autour de 13.000 secouristes, la plupart volontaires, se sont déjà rendus depuis Istanbul vers les zones détruites du pays, à commencer par la province de Hatay.

La solidarité internationale s’est organisé. De nombreux dont la France ont envoyé des secouristes en Turquie. 39 secouristes de la Sécurité civile ont fait le voyage.

La situation en Syrie est plus difficile. « La Syrie reste une zone d’ombre d’un point de vue légal et diplomatique », témoigne Marc Schakal responsable du programme Syrie de Médecins sans Frontières. L’aide humanitaire vers la Syrie doit transité depuis la Turquie par Bab al-Hawa, l’unique point de passage autorisé par les Nations Unies. L’UNICEF estime que 4 millions de personnes dans le nord de la Syrie étaient déjà déplacées.

Partager