Catégories
Articles récents
31/03/2020
AccueilActualitesRites funéraires : ce que le coronavirus va changer

Rites funéraires : ce que le coronavirus va changer

Mizane.info publie un communiqué détaillé du Conseil français du culte musulman concernant les nouvelles dispositions juridiques exceptionnelles à propos des rites funéraires.

Le Conseil Français de Culte Musulman a appris que des hôpitaux n’autorisent déjà plus de toilette mortuaire pour tous les décès qui surviennent en cette période marquée par la propagation intense de Coronavirus (COVID 19).

Dans un contexte d’épidémie, la difficulté de constater avec certitude l’absence d’une contamination par le Coronavirus (COVID 19) obligent le personnel de santé à ne prendre aucun risque pour la vie du personnel funéraire et de la famille du défunt.

C’est en appliquant ce principe de précaution que les hôpitaux ont pris cette décision qui n’a d’autre finalité que la protection des vivants et qui ne se heurte en aucun cas aux dispositions de la tradition musulmane dans un tel contexte. Le respect de la dignité du défunt et l’accompagnement de son corps vers sa demeure ainsi que le soutien de sa famille dans ces moments difficiles peut s’accomplir sans mettre en danger la vie d’autrui.

Aussi, en élevant les défunts en période d’épidémie au rang des martyrs (dont les corps sont exemptés de toute toilette mortuaire), le prophète Muhammad (PBSL) a voulu apporter le réconfort nécessaire aux familles face à la douleur du deuil et aux difficultés qu’elles peuvent rencontrer en matière d’accomplissement de ce rite.

Le CFCM exprime ses sincères condoléances et toute sa compassion aux familles des défunts et les appelle à accepter dans la paix et la sérénité les mesures prises par les autorités sanitaires et le personnel de santé de notre pays qui sont tout aussi bouleversés par ce qu’ils voient et endurent en cette période éprouvante.

Organisation des cérémonies funéraires demeure possible sous conditions

Selon les informations recueillies par le Conseil Français du Culte Musulman auprès des autorités compétentes, l’organisation des cérémonies funéraires demeure à ce jour possible.

Toutefois, ces cérémonies doivent avoir lieu dans stricte limite du cercle des intimes (nombre très réduit) en observant scrupuleusement les gestes barrières tels que le maintien d’une distance d’au moins un mètre entre les personnes présentes et en évitant à fortiori les embrassades.

Seuls les membres de la famille proche (20 personnes au maximum) ainsi que le personnel en charge des rites funéraires pourront faire l’objet d’une dérogation aux mesures de confinement fondée sur des « motifs familiaux impérieux ».

Par ailleurs, le CFCM invite les familles et le personnel funéraire à se rapprocher de la préfecture avant chaque inhumation pour vérifier que des consignes plus strictes n’ont pas été édictées dans la localité concernée en raison de l’évolution de la pandémie de Coronavirus à l’échelle de chaque département ( certaines préfectures limitent à 5 le nombre de personnes présentes).

Conscient du caractère contraignant de certaines mesures nécessaires pour la protection de tous, le CFCM appelle les imams à faire preuve d’une grande solidarité avec les familles endeuillées en leur prodiguant conseils et réconforts face à la douleur du deuil et aux contraintes qu’impose le contexte actuel.

Par ailleurs, il convient de rappeler que les vols sont suspendus entre la France et de nombreux pays entrainant l’impossibilité de rapatriement des corps vers ces pays. Le rapatriement demeure possible, pour certains cas, vers certains pays, en mode cargo sans accompagnateur (se renseigner auprès des consulats concernés).

Le CFCM rappelle que la tradition prophétique est d’enterrer les personnes le plus rapidement possible dans leurs lieux de décès. Par conséquent, il est conseillé de renoncer, dans la mesure du possible, au rapatriement du corps notamment dans ce contexte de pandémie.

A lire aussi :