Edit Template
jeudi 29 février 2024

Loi immigration : La CGT appelle à la « désobéissance civile »

Loi immigration

Après l’adoption de la loi immigration au Parlement mardi, la secrétaire générale de la CGT Sophie Binet a appelé, ce jeudi, à la « désobéissance civile et à la multiplication d’actions de résistance contre cette loi ». La veille, 32 départements ont annoncé leur refus d’appliquer certaines mesures du texte. Le focus de la rédaction.

La fronde s’organise après l’adoption, mardi, de la loi immigration. La secrétaire générale de la CGT Sophie Binet a appelé jeudi à la « désobéissance civile » face à un texte qui remet en cause « tous nos principes républicains ».

Mercredi, 32 départements dirigés par la gauche ont annoncé qu’ils n’appliqueront pas le durcissement des conditions de versement aux étrangers de l’APA (l’Allocation personnalisée d’autonomie) prévu par la nouvelle loi immigration. « Ce texte est un recul pour l’égalité, la justice et une honte pour notre pays des Droits de l’Homme » ont communiqué les 32 départements.

La CGT appelle à des « actions de résistance »

La patronne de la CGT Sophie Binet a appelé, au micro de RMC, jeudi à la «désobéissance civile » face à la loi sur l’immigration adoptée mardi à l’Assemblée national.

« La CGT appelle à la désobéissance civile et à la multiplication d’actions de résistance contre cette loi qui remet en cause en profondeur tous nos principes républicains et déroule le tapis rouge à l’extrême droite »

L’organisation syndicale vise notamment la mesure instaurant dans son article 19 un délai de cinq ans pour les étrangers non européens, en situation régulière qui ne travaillent pas, avant d’être éligibles à des prestations comme les allocations familiales ou l’Allocation personnalisée d’autonomie (APA).

Avec d’autres associations, syndicats et personnalités, la CGT souhaite organiser dans les prochaines semaines « des initiatives d’ampleur pour permettre à celles et ceux qui ne se reconnaissent pas dans cette France lepénisée de montrer leur détermination à faire respecter les valeurs de solidarité ».

32 départements refusent d’appliquer certaines mesures

Au lendemain de l’adoption de la loi immigration au Parlement, les départements du Lot et de la Seine-Saint-Denis ont annoncé, mercredi 20 décembre, leur refus d’appliquer le durcissement des conditions de versement aux étrangers de l’allocation personnalisée d’autonomie (APA).

Plus tard dans la journée, ils ont été rejoins par 30 autres départements de gauche. Le département du Lot a déclaré, dans un communiqué, vouloir rester « fidèle à ses valeurs de solidarité » et refuse donc « d’instaurer la préférence nationale dans les politiques dont il a la charge ».

« Ce texte est un recul pour l’égalité, la justice et une honte pour notre pays des Droits de l’Homme. La discrimination qu’il instaure revient à condamner des femmes, des hommes, des enfants pour leur origine plutôt que de les reconnaître dans leur humanité. »

« Nous continuerons de verser l’APA aux étrangers en situation régulière » a indiqué le président du Conseil départemental de la Seine Saint-Denis, Stéphane Troussel, sur son compte X (Twitter). Cependant, selon plusieurs experts en droit public, les départements ne peuvent pas se soustraire à la loi. Ils pourraient éventuellement être mis en demeure par le préfet.

A lire aussi :

NEWSLETTER

PUBLICATIONS

À PROPOS

Newsletter

© Mizane.info 2017 Tous droits réservés.

slot777