Catégories
Articles récents
08/04/2020
AccueilActualitesL’intégration des musulmans en Europe saluée par un rapport allemand

L’intégration des musulmans en Europe saluée par un rapport allemand

Un rapport de l’institut Bertelsmann Stiftung signale une intégration constante et en progrès des populations d’origine musulmane en Europe de l’Ouest. Si la France a le taux le plus faible de déscolarisation, son taux de chômage et de discrimination en revanche excèdent ceux de l’Allemagne.

Dans son dernier rapport sur l’intégration des communautés musulmanes en Europe de l’Ouest, l’institut allemand Bertelsmann Stiftung signale une progression constante sur tous les indicateurs. L’étude porte sur cinq pays (la France, l’Allemagne, la Suisse, l’Autriche et le Royaume-Uni) et évalue “les compétences linguistiques, le niveau d’éducation, l’emploi, les revenus, le lien émotionnel au pays d’accueil ainsi que les relations sociales avec le reste de la société”, selon La Croix. 1000 personnes dont 500 de confession musulmane ont été interrogées dans chaque pays.

Le taux de chômage des musulmans en France est plus élevé
Entre 88 et 98 % des musulmans interrogés déclarent se sentir liés à leur pays d’accueil, “le plus fort taux se retrouvant en Suisse et le plus bas au Royaume-Uni”. 1 musulman sur 10 quitterait le système scolaire avant l’âge de 17 ans en France, contre 4 sur 10 en Allemagne dont le système favorise la professionnalisation précoce des élèves. Le taux de chômage des musulmans en France est en revanche plus élevé, 14 % contre 8 % en Allemagne. L’interreligiosité sociale des musulmans est largement partagée comme l’atteste les chiffres suivants : 87 % pour les musulmans de Suisse et 82 % pour ceux d’Autriche.

Le malaise religieux des Européens
Mais la religion reste un facteur de tension persistante pour les populations locales. « En moyenne, les musulmans sont plus religieux que les autres communautés et gardent de forts liens avec leur pays d’origine. Cette différence culturelle et religieuse cause un malaise au sein de la population locale » indique le rapport de l’institut allemand. « Le rejet des musulmans est particulièrement fort en Autriche, où plus d’une personne non musulmane sur quatre ne voudrait pas avoir de voisins musulmans » (contre 19 % en Allemagne ou 14 % en France), ajoute-t-il cité par La Croix. Dans ses préconisations, l’institut Bertelsmann Stiftung défend l’établissement “d’opportunités égales, la promotion d’une communauté interreligieuse et interculturelle, et la reconnaissance de la différence culturelle et religieuse, notamment en attribuant une même représentation institutionnelle à l’islam qu’aux autres Églises”.