Catégories
Articles récents
02/10/2022
AccueilActualitesLes Hijabeuses : « Nous voulons jouer librement »

Les Hijabeuses : « Nous voulons jouer librement »

Les Hijabeuses devant le Sénat. ©Sihame Assbague.

Ce mercredi 26 janvier, les “ Hijabeuses” ont planifié une partie de football devant le Sénat, en réponse à l’amendement de la loi sur le sport interdisant le port du voile durant les compétitions et évènements sportifs. 

Mardi 18 janvier, les sénateurs ont adopté l’amendement des Républicains à 160 voix pour et 143 contre. Celui-ci interdit “ le port de signes religieux ostensibles” lors d’“ évènements sportifs et compétitions sportives organisés par les fédérations sportives et les associations affiliées”. Le gouvernement et notamment la ministre des Sports était contre cet amendement. 

Un amendement voté dans le cadre de la la loi visant à démocratiser le sport, à améliorer la gouvernance des fédérations sportives et à sécuriser les conditions d’exercice du sport professionnel. 

Soutenues par l’association Alliance citoyenne, qui défend également le combat des femmes souhaitant accéder aux piscines en burqini, les joueuses du collectif “ Les Hijabeuses” se sont réunies devant le Sénat et ont débuté une partie de foot dans le jardin du Luxembourg afin de montrer leur détermination à continuer leur passion. 

Dans un article publié par le Huffington post, une joueuse du collectif, filmée par le média Madmoizelle, affirme : “ Nous, femmes, musulmanes, portant le voile, avons été sciemment exclues du décor. Nous voulons jouer librement” . 

Vidéo des Hijabeuses filmée par la journaliste Sihame Assbague et publiée sur sa page Facebook.

En novembre 2021, le collectif a intenté une action en référé qui a été rejetée par le Conseil d’Etat. 

Selon Me Marion Ogier, “Le principe de neutralité porte atteinte à la liberté de culte, un droit fondamental” et  “limiter un droit fondamental ne peut se faire que si l’on montre qu’il y a un trouble. Or la FFF ne justifie d’aucun trouble, elle considère que le principe de neutralité doit s’appliquer partout. Seul le législateur a le pouvoir de prendre une telle décision.”

« Nous, on veut juste jouer au football, nous ne sommes pas des militantes pro hijab, juste des passionnées de football, le reste nous dépasse un peu », assure la coprésidente des « Hijabeuses », Founé Diawara à l’AFP pour l’OBS.

Guillaume Gontard, sénateur écologiste de l’Isère opposé au vote explique pour Le Parisien : « Avec ce type d’amendement, Olivier Giroud, qui a un tatouage d’un texte de la Bible sur le bras, aurait du mal à entrer sur un terrain ». « À travers lui, on s’attaque directement aux fondements de la république et surtout de la laïcité qui prône la liberté ». 

Cette interdiction pourrait bien concerner l’ensemble des fédérations dans l’avenir. 

La proposition de loi sur le sport doit être réexaminée le 31 janvier en commission mixte paritaire. 

Marie Jarosz