Catégories
Articles récents
30/09/2022
AccueilFemmes musulmanesLes femmes dans les mosquées : de l’époque prophétique à notre temps 1/2

Les femmes dans les mosquées : de l’époque prophétique à notre temps 1/2

Quelle était la place et le rôle des femmes dans les mosquées à l’époque du Prophète ﷺ ? Dans une chronique publiée en deux parties sur Mizane.info, Vanessa.C répond à cette question en mobilisant les récits les plus authentiques de la tradition musulmane

A l’époque du Messager de Dieu ﷺ, les compagnons et les compagnonnes étaient globalement emplis d’une ferveur religieuse qui ne sera plus jamais retrouvée, délaissant les tentations de ce bas-monde et faisant les plus grands sacrifices pour que la dernière Révélation puisse être vécue au grand jour, puis être transmise aux générations futures. Cette ferveur se manifestait en bien des aspects différents et nous allons nous attarder sur l’un d’entre eux : la fréquentation par les compagnonnes des mosquées au temps du Prophète ﷺ, et comment son autorité spirituelle et temporelle avait normalisé le fait que les femmes aient toute leur part dans les mosquées.

La prière des femmes au temps du Prophète Muhammad

Concernant les femmes, l’idée essentielle à retenir est qu’elles pouvaient fréquenter les mosquées en de multiples occasions, et que le degré de fréquentation dépendait de la volonté et de la possibilité des unes et des autres. Il faut dire qu’en venant assister aux prières quotidiennes, celles à voix haute notamment, les croyants et les croyantes pouvaient entendre directement le Coran et ainsi apprendre les dernières Révélations divines.

En assistant aux prêches ils revivifiaient leur foi et savaient comment pratiquer leur dîn (religion). En y observant le Prophète ﷺ, ils pouvaient s’imprégner du meilleur modèle humain. En se rendant auprès du bien-aimé Envoyé ﷺ mais aussi des compagnons savants et des imams, ils pouvaient être en contact avec les autorités religieuses et politiques, pour tout besoin. En se retrouvant en groupe, ils pouvaient réaliser la fraternité islamique.

Les ahâdîth authentiques nous montrent dans quelle mesure les compagnonnes ou du moins certaines d’entre elles, se rendaient dans les mosquées au temps du Prophète ﷺ, en termes de fréquence et de circonstances liés à tels ou tels événements ou motifs.

Plusieurs récits montrent ainsi une fréquentation quotidienne par certaines compagnonnes, comme ce hadith de ‘Aïcha (qu’Allâh l’agrée) a dit : « Des femmes parmi les Croyantes participaient à la prière de l’aurore (fajr) qu’accomplissait l’Envoyé de Dieu. Elles étaient recouvertes par leurs voiles et (dès la prière terminée), elles repartaient vers leurs habitations sans être reconnues. » (Sahîh al Boukhârî et Muslim).

D’autres ahâdîth montrent les femmes présentes pour toutes les sortes de prières existantes, que ce soit le jumu’a (vendredi), les prières de l’Aïd où le Prophète ﷺ lui-même faisait sortir toutes les femmes pour assister à cette fête religieuse, la prière de l’éclipse où nous voyons Asma et Aïcha les filles d’Abu Bakr nous relater l’événement, et même une prière mortuaire où Aïcha insista pour qu’elle se fasse dans la mosquée.

Le Prophète Muhammad ﷺ était proche de ses compagnons mais aussi des croyantes. Nous savons par exemple qu’il ne récitait que de courtes sourates lorsqu’il entendait un enfant pleurer par compassion pour lui et sa mère d’après un hadîth de Muslim. Un autre exemple l’illustre : Asma bint Yazid rapporte que le Messager d’Allâh ﷺ passa dans la mosquée un jour alors qu’un groupe de femmes étaient assises et il les salua de la main (Jami` at-Tirmidhi 2697, hadîth aussi dans sunnan Abu Dawud)

La mosquée, lieu de savoir, d’aide et de socialisation des femmes

Les compagnonnes furent elles-mêmes actrices du savoir lorsqu’elles demandèrent au Prophète ﷺ un jour d’enseignement qui leur soit réservé : d’après Abou Sa’id El Khodry, des femmes s’adressèrent un jour au Prophète et lui dirent : « Les hommes sont prioritaires auprès de toi. Consacre-nous un jour que tu choisiras (pour nous prodiguer l’enseignement). » Le Prophète leur consacra donc un jour et leur fit un prêche comportant des choses et d’autres. » (Boukhârî)

A côté de ce cours particulier, les femmes assistaient aux sermons collectifs à la mosquée entre les prières comme nous le montre le hadîth de Fatima bint Qays dans le Sahîh Muslim où le Prophète ﷺ averti ses compagnons au sujet du Dajjal, ou encore les épouses du Prophète pouvaient écouter depuis leur appartement les discours qu’il faisait dans la mosquée : ainsi l’épouse du Prophète Umm Salama qui était également une savante, nous rappelle que la quête du savoir vaut quel que soit son sexe : « Un jour alors qu’une fille était en train de me coiffer, j’entendis  l’Envoyé d’Allâh (psAsl) dire : « ô vous les gens ». Je dis à la fille « laisse-moi ». Elle dit : « Il s’est adressé aux hommes uniquement et n’a pas mentionné les femmes. » Je dis : « Je fais partie des gens aussi ».

Fait très intéressant, la participation des compagnonnes à la prière du jumu’a permettait la mémorisation du Coran : Oumm Hicham la fille de Hârith a dit : « Je n’ai appris la sourate Qâf que de la bouche du Prophète qu’il lisait chaque vendredi en faisant son sermon. »  (Sahîh Muslim)

Les femmes se trouvant dans la mosquée pouvaient également se rencontrer, échanger, en somme se socialiser. Une dame avait même trouvé refuge dans la mosquée et y dormait : elle était une esclave affranchie et discutait avec Aïcha à chaque fois qu’elle la voyait, et ne manquait pas de lui raconter l’histoire extraordinaire de sa conversion à l’islam qui l’a sauvé de ses anciens maîtres injustes (sahih al Boukhârî n° 439).

Une fois, la mosquée du Prophète ﷺ fut même le théâtre d’une distraction pure dont Aïcha s’était particulièrement réjouie ; elle nous raconte : « Le Prophète (psAsl) me protégea alors que je regardais des Abyssins qui jouaient (avec leurs lances) dans la mosquée. ‘Umar b. al-Khattâb les réprima, mais le Prophète ﷺ s’interposa : « Laisse-les ! Continuez en paix, ô fils d’Arfida ! » » (Sahih Al Boukhârî).

L’engagement pour la religion : financement et aides multiples

Nous voyons dans certaines collectes réalisées spécifiquement auprès des femmes dans la mosquée, les bases et les prémices d’un financement beaucoup plus large du culte tout au long de la civilisation islamique.

Le Prophète ﷺ, qui incitait régulièrement ses compagnons à faire œuvre de charité pour aider nombre de démunis dans la société d’alors, fit cette demande spécifique aux femmes : « Faites l’aumône, ne serait-ce que de vos bijoux. » (Sahîh al Boukhârî).

Un autre récit présent également chez al Boukhârî stipule : « Plus tard, le Prophète ﷺ a prononcé son discours de l’Aïd et ensuite vint faire son chemin à travers les gens, jusqu’à ce qu’il atteigne les dames, accompagné de Bilal. »

La suite du hadith raconte comment le Prophète ﷺ fit recueillir l’allégeance de toutes les femmes avec des recommandations morales fondamentales (ne pas associer à Dieu, ne pas voler etc. comme le mentionne le verset 12 de la sourate al-Mumtahanah) et comment Bilal recueillit les bijoux que les femmes donnèrent en aumône.

Plus tard, l’islam put trouver des femmes fortunées qui furent mécènes de mosquées comme la célèbre Fatimah al Fihriryya qui fit fonder la mosquée d’al Qarawiyyin à Fès, de même que sa sœur Maryam qui fonda la mosquée al Andalus dans la même ville, et nombre de femmes liés à des sultans, des princes et des gouverneurs qui financèrent d’importantes réalisations architecturales et fondation pieuse.

En matière de financement du culte, la célèbre Roxelane (Hürrem Sultane), épouse favorite du calife Soulayman le magnifique atteignit un sommet avec la construction d’un majestueux complexe comportant une mosquée, une madrassa, une école élémentaire, un hôpital pour femmes, une fontaine publique et un Imaret dispensant  une aide alimentaire chaque jour à des centaines de pauvres, dans la capitale Istanbul, de même que de grands bains publics pour les hommes et les femmes à proximité de la mosquée Aya Sophia ; en province elle promut des édifices d’intérêt public et fondations pieuses dans nombre de villes (constituant  notamment en une aide alimentaire à grande échelle)[1].

Des femmes furent également au service de la mosquée, avec en premier lieu un fait remarquable : une compagnonne du nom de Umm Waraqah avait fait de sa maison une mosquée sur nomination officielle du Prophète ﷺ. En effet, en plus de la mosquée principale où le Prophète ﷺ officiait à Médine, il avait fait fonder huit autres mosquées de quartier[2], dont une dans la maison d’une femme érudite en Coran du nom d’Umm Waraqah. Evidemment des récits montrent que les compagnonnes pouvaient venir aux autres mosquées de quartier.

D’après ʿAbdarrahman ibn Khallâd, « le Prophète (psAsl) rendait visite à Umm Waraqa dans sa maison. Il lui avait adjoint un Muezzin particulier et commanda à Umm Waraqa de diriger les prières pour les gens de sa maison. » (Sunan Abû Dawûd et ibn Khuzayma)

En matière de service pour la mosquée, une compagnonne du nom de Mihjana, également nommée Umm Mihjana comme nous l’indique ibn Hâjar al-‘Asqalâni dans al-Isâba fî tamyiz as-sahâba, faisait le ménage dans la mosquée prophétique. Un hadîth rapporté à la fois par al-Boukhârî et Muslim est riche d’enseignement à son sujet, car il montre comment le Prophète ﷺ accordait une grande valeur à cette femme alors que les gens n’y avaient pas prêté suffisamment d’attention :

D’après Abû Hurayra, une femme noire (…) avait l’habitude d’entretenir la mosquée. Alors que le Messager d’Allâh (psAsl) ne la trouva pas, il demanda après elle. « Elle est décédée, lui dit-on. Pourquoi ne pas m’avoir averti ? rétorqua le Prophète ﷺ. Emmenez-moi voir sa tombe. »

Il y fut emmené, effectua la prière mortuaire sur elle, puis ajouta : « Ces tombes sont pleines d’obscurité pour ses occupants, Allah Puissant et Exalté les illumine par mes prières sur eux. » (Sahîh Muslim et al-Bukhârî)

Après cette période bénie de la prophétie, une vision théologique plus dure vit le jour quant à la question de la pleine participation des femmes aux mosquées, même si des contestations intra-théologiques et une réalité de terrain différente sont à noter au cours de l’histoire.

Il conviendra d’examiner ceci dans une deuxième partie de même qu’à faire le point sur notre réalité : la présence des femmes dans les mosquées en France, et montrer comment il est impératif de revenir au modèle prophétique pour une revivification spirituelle et sociale pour les femmes musulmanes au travers des mosquées.

Vanessa.C

Notes :

[1]‘Issa Meyer, Femmes d’Islam. Anthologie des grandes dames de la civilisation musulmane,  p. 239-240.

[2]  M. Hamidullah, Le Prophète de l’Islam, sa vie, son œuvre, t. 2, p. 695.