Edit Template
lundi 22 avril 2024

L’enfer des prisons israéliennes depuis le 7 octobre

Neuf Palestiniens sont morts dans les prisons israéliennes depuis le 7 octobre, tandis que 27 autres décès ont été signalés dans des installations militaires. Le nombre de Palestiniens détenus par Israël a atteint près de 10 000 depuis la guerre menée à Gaza. Focus.

Depuis le début de la guerre menée par Israël à Gaza, les prisons israéliennes comptent un nombre record de Palestiniens, soumis à des « abus systématiques » et à la torture, dénoncent des ONG israéliennes. Elles appellent la communauté internationale à agir.

Les membres de ces ONG se sont rendus, cette semaine, à Genève pour alerter l’ONU sur une « crise majeure » dans les prisons du pays où neuf palestiniens sont mortes depuis le 7 octobre.

Tortures et violences sexuelles

Tal Steiner, directrice exécutive du Comité public contre la torture en Israël, a exprimé sa grande inquiétude face à la crise actuelle dans les prisons israéliennes :

« Nous sommes face à une crise (…) Il y a près de 10 000 Palestiniens détenus par Israël, une augmentation de 200 % par rapport à une année normale »

Selon Miriam Azem, du centre juridique Adalah, « la crise dans les prisons israéliens a été vraiment ignorée » depuis le 7 octobre. Son organisation a notamment documenté « 19 cas clairs »  de torture, y compris des violences sexuelles, au sein du système pénitentiaire israélien depuis le 7 octobre.

27 Palestiniens décédés dans des camps militaires

Les ONG expriment aussi leur inquiétude quant aux conditions de détention dans les installations militaires israéliennes où au moins 27 Palestiniens sont décédés depuis octobre dernier. L’accès à ces camps étant interdit aux ONG et aux journalistes, les informations reposent sur les témoignages d’anciens détenus.

Les conditions décrites sont alarmantes : les prisonniers sont enfermés dans des cages à ciel où « ils sont menottés et ont les yeux bandés 24 heures sur 24 », forcés de dormir sur le sol et subissent des violences physiques sans accès aux soins médicaux.

Tal Steiner ajoute que les prisonniers détenus à Gaza – y compris des enfants – sont régis par la loi israélienne sur les combattants irréguliers qui les prive de nombreux droits. Environ 1 000 personnes sont détenues dans ces camps militaires.

A lire également :

NEWSLETTER

PUBLICATIONS

À PROPOS

Newsletter

© Mizane.info 2017 Tous droits réservés.

slot777