Edit Template
samedi 18 mai 2024

Le préfet de l’Hérault règlemente l’abattage rituel de l’Aïd al-Adha

Aïd al Adha 2023 - Mizane Info

L’Aïd al-Adha devrait avoir lieu entre le mercredi 28 juin et le samedi 1erjuillet. À l’approche de cette fête religieuse musulmane, également nommé l’Aïd al-Kébir, le préfet de l’Hérault a décidé d’encadrer les éventuels abattages rituels d’animaux effectués à cette période. Plusieurs mesures restrictives et interdictions ont ainsi été édictées. Explications

La date précise de l’Aïd al-Adha n’est pas encore annoncée mais certains préfets prennent déjà les devant. Le préfet de l’Hérault, Hugues Moutouh, a ainsi décidé de prendre plusieurs mesures « dans la perspective de cette fête religieuse ».

Interdiction du transport d’animaux, abattoirs autorisés, contrôles sanitaires…Une série de réglementation à respecter sous peine d’amende pour les contrevenants.

Pas de transport d’animaux entre le 1er juin et le 1er juillet 2023

L’interdiction du transport d’ovins et de caprins du 1er juin au 1er juillet est une des principales mesures du préfet, avec quelques exceptions. En effet, Hugues Moutouh précise :

« Cette règle ne s’applique pas aux transports de ruminants vers des abattoirs autorisés, à destination des cabinets et cliniques vétérinaires ainsi qu’entre élevages déclarés »

Une amende de 750 euros est en vigueur pour les éventuels récalcitrants. Les dates d’interdiction de mouvement des ovins et des caprins s’expliquent par la future annonce des dates de l’Aïd qui devrait se dérouler entre le 28 juin et le 1er juillet 2023.

Le préfet Hugues Moutouh.

Deux abattoirs autorisés

Le préfet de l’Hérault a également interdit l’abattage rituel des animaux en dehors des abattoirs autorisés. Seuls deux abattoirs sont habilités à pratiquer l’abattage : l’abattoir de Pézenas et l’abattoir temporaire de Montpellier, installé sur le site de Grammont.

« Les personnes souhaitant célébrer la fête de l’Aïd-el-Kébir par le sacrifice d’un animal doivent impérativement prendre contact avec l’un des deux abattoirs autorisés dans l’Hérault »

Hugues Moutouh ajoute que « Les abattages clandestins sont passibles de peines allant jusqu’à six mois d’emprisonnement et 15 000 euros d’amende ». Des contrôles seront réalisés par la direction départementale de la protection des populations (DDPP) pour vérifier le respect par le professionnel des règles d’hygiène, de la protection animale et de celle de l’environnement.

A défaut de se fournir auprès des abattoirs autorités, le préfet rappelle que les fidèles peuvent également « acheter les carcasses d’agneaux, abattus pendant l’Aïd, auprès de bouchers et de la grande distribution ».

A lire aussi :

NEWSLETTER

PUBLICATIONS

À PROPOS

Newsletter

© Mizane.info 2017 Tous droits réservés.

slot777