Catégories
Articles récents
01/10/2022
AccueilcitoyennetéLe patron des protestants de France rappelle à l’ordre Macron sur la laïcité

Le patron des protestants de France rappelle à l’ordre Macron sur la laïcité

« Une société d’où le culte serait éradiqué de la culture nous préparerait des lendemains barbares. » Le 27 avril 2022, François Clavairoly a publié une lettre adressée au Président de la République quant à la question de la place de la religion en France. Les détails sur Mizane.info.

La France s’est oubliée elle-même. C’est l’un des messages forts adressé par François Clavairoly au président Macron dans une lettre publiée sur le site Lavie.fr à propos de la laïcité. «La société n’a pas à devenir une sorte d’espace public neutralisé au plan confessionnel, comme beaucoup sont tentés de l’imaginer», écrit-il au chef de l’Etat.

Pasteur de l’Eglise protestante unie de France et président de la Fédération protestante de France depuis 2013, François Clavairoly rappelle une idée forte : « La République est laïque, la société française ne l’est pas. » Mise de côté par les derniers gouvernements français, cette idée est pourtant ancrée dans l’histoire. 

La primauté de la liberté de conscience

« Notre société a des racines, des mythes fondateurs connus ou implicites : ces sources cachées de la société que sont le judaïsme, le christianisme et l’islam nourrissent aujourd’hui encore la culture » écrit François Clavairoly. En effet, il rappelle que le culte fait partie de la culture, et que depuis le 16ème siècle jusqu’aux Lumières, la liberté de conscience a prédominé sur les dogmes. 

François Clavairoly rappelle également la protection des libertés fondamentales qui serait mise à mal en cas de tentative d’«éradication du culte ». Il en remémore ainsi les principes selon lesquels « La laïcité est un terme précis qui renvoie autant au principe de neutralité de l’État en matière confessionnelle qu’au principe de liberté d’expression et de culte dans l’espace public

Le président de la Fédération protestante de France n’hésite pas à rappeler au Président de la République sa définition du culte comme celle d’un « espace “cultivé” d’une liberté imprenable, d’un accueil, d’une hospitalité spirituelle, rituelle et langagière, et d’une reconnaissance de la dignité de la personne dans sa dimension de transcendance, que nul ne saurait effacer ou contraindre

L’oubli de la France

Autre élément important pour François Clavairoly, la reconnaissance de la religion musulmane en France. « Ce qui est en jeu, c’est de savoir si la République française peut enfin admettre que le deuxième grand culte du pays, après le culte chrétien, est le culte musulman », écrit-il à ce propos. 

En janvier 2021, François Clavairoly avait déjà exprimé son inquiétude quant à la question du projet de loi séparatisme et avait évoqué une notion d’«obscurantisme» concernant les religions en France. Dans un article pour le média Lavie.fr, il évoquait l’oubli de la France de ses racines et fondations.

« Hélas, les députés ont oublié ce qu’était la liberté de conscience et la liberté de culte parce que, pour une bonne part, ils ne sont probablement ni chrétiens ni croyants, et que cela ne les intéresse pas » confie-t-il pour expliquer une République dépourvue de ses bases spirituelles. 

Marie Jarosz