Catégories
Articles récents
20/10/2020
AccueilActualitesLe passé, le présent et l’avenir des musulmans européens

Le passé, le présent et l’avenir des musulmans européens

Quel sera l’avenir des musulmans en Europe ? Pour le savoir, il est indispensable de porter son regard sur le passé et sur les développements du présent pour en déduire un pronostic raisonnable. Telle est l’ambition de cette tribune en anglais de Hassan Mirza publiée dans The Express Tribune, que Mizane.info partage.

L’intégration musulmane dans les sociétés européennes laïques est-elle possible ? Cette question est importante car l’islam se développe et prospère dans les villes et villages européens, principalement à travers l’immigration mais aussi à travers des taux de natalité plus élevés parmi les musulmans européens.

Cependant, les attaques terroristes islamistes de ces dernières années ont accru les inquiétudes concernant l’islam et l’avenir des musulmans européens au sein de la population européenne.

Les frictions croissantes entre la minorité musulmane européenne déjà présente et la communauté d’accueil sont évidentes à cause de la montée du spectre de la menace de l’extrême droite.

Contexte historique et projection statistique

Il est important de souligner que l’islam a déjà plusieurs siècles de présence dans le sud (Espagne, Sicile, Malte) et en Europe de l’Est (Pologne, Lituanie, Ukraine, Balkans et Russie).

Plus tard, cette présence a diminué en raison de la Reconquista et de la chute des empires arabe et ottoman.

Un détracteur de l’islam pourrait dire que cette présence a été principalement rendue possible par les conquêtes et était de nature coloniale, raison expliquant pourquoi l’islam n’a jamais vraiment appartenu à l’Europe.

Mais, on peut en dire autant du christianisme dans les Amériques, en Afrique et en Asie/Australie, qui était de nature entièrement coloniale et génocidaire.

Donc, cet argument sur «l’altérité» de l’Islam n’est pas très solide.

Au cours des décennies précédentes, l’islam a connu une résurgence grâce à l’immigration de la classe ouvrière après la Seconde Guerre mondiale.

Au cours des deux dernières décennies, les immigrés musulmans éduqués ont commencé à affluer, ce qui a conduit à la constitution d’une classe moyenne musulmane.

Dans la région des Balkans, il existe trois pays à majorité musulmane, la Bosnie, l’Albanie et le Kosovo, que l’on peut appeler collectivement l’Europe musulmane.

Actuellement, environ 25 millions de musulmans vivent dans 28 États membres de l’Union européenne (UE).

En 2020, la population musulmane représente actuellement environ 6% de la population totale du continent.

Avec une immigration musulmane croissante en provenance d’Afrique, du Moyen-Orient et d’Asie du Sud, elle atteindra environ 11% en 2050 et pourrait atteindre environ 15% en 2100, selon des scénarios certaines projections démographiques.

Selon le Pew Research Center, d’ici 2070, l’islam sera la plus grande religion du monde. Compte tenu de ces développements, on peut donc se poser cette question : comment l’Europe intégrera-t-elle et assimilera-t-elle l’islam et les musulmans dans les décennies à venir?

Immigration européenne et américaine

Il serait absurde de suggérer que les musulmans ne sont pas capables de s’intégrer dans des sociétés laïques.

Beaucoup d’entre eux l’ont déjà fait et ont élu domicile dans les pays occidentaux.

Cependant, on pourrait faire valoir que l’Amérique du Nord et les musulmans d’Asie/Australie sont économiquement plus performants et mieux intégrés dans leurs sociétés que leurs homologues européens.

Cela peut être en partie attribué au fait que, contrairement à l’Europe (et au reste de l’Ancien Monde), les Amériques et l’Asie/Australie sont des régions de migration de masse.

Leurs habitants d’origine ou indigènes ont été exterminés par les Européens.

En raison du manque de natalité dans certaines de ces régions et de la prévalence de la langue anglaise que la plupart des migrants musulmans parlaient déjà couramment, il était relativement plus facile pour les arrivants musulmans de s’intégrer dans ces cultures.

Le christianisme culturel, l’athéisme et l’agnosticisme sont les doctrines non officielles de l’Europe, et les sociétés européennes veulent une certaine conformité à ces principes de la part de leurs migrants musulmans. Il est peu probable que tous l’acceptent, même si certains le peuvent. Une solution est de créer des formes plus contemporaines de l’islam.

Les identités américaines comme l’irlandais-américain, le pakistanais-canadien, les arabo-américains, etc., ont été une source de fierté immense pour chaque groupe de migrants.

La migration vers l’Europe, en revanche, est un tout autre enjeu, sur un continent caractérisé par une certaine homogénéité culturelle jusqu’à il y a seulement quelques décennies.

Les sociétés européennes, comme les sociétés de l’Ancien Monde, sont des sociétés majoritaires avec une culture parentale, et ne sont pas comme les sociétés migrantes d’Amérique.

De plus, en Europe, les identités mixtes sont toujours source de suspicion.

L’Islam n’avait plus de présence en Europe depuis l’avènement de l’histoire européenne.

En comparaison, la présence musulmane aux États-Unis était présente dès le début.

Les États-Unis acceptent davantage les migrants, bien qu’ils aient de nombreux problèmes sociaux et un État providence très faible.

L’Europe a des États de protection sociale de classe mondiale mais a des définitions très étroites de ce qui constitue l’Europe en raison de la revendication «sang et sol» de la population indigène.

Pourquoi l’Europe devrait-elle autoriser la migration ?

L’Europe et l’Amérique du Nord ont des économies en plein essor, toutes deux ont un poids culturel énorme, contrairement à la Chine qui sera la plus grande économie du monde mais beaucoup moins de rayonnement culturel.

Ces facteurs font de ces continents un aimant pour les migrants du reste du monde. Ils vendent leurs produits et services à des personnes dans toutes les régions du monde tout en extrayant des ressources de leurs régions.

C’est pourquoi les deux continents doivent permettre aux idées et aux populations de ces régions d’arriver sur leurs côtes.

Le flux à sens unique de la culture, des idées, des personnes et de l’économie n’est rien de moins qu’un colonialisme et doit être évité.

Ici, il faut distinguer les concepts de migration de masse et de migration intermittente de petits groupes et de personnes.

Contrairement aux Amériques, la migration de masse dans les cultures hôtes européennes peut créer beaucoup de tensions.

Ce n’est en aucun cas souhaitable. Les Européens anti-musulmans et anti-migration feraient bien de lire leur propre histoire sans lunettes teintées de rose.

Des centaines de millions d’Européens sont partis pour les autres régions du monde au cours des cinq derniers siècles, 55 millions seulement des années 1840 aux années 1940.

Plusieurs fois, leur arrivée a signifié une quasi-extermination de la population indigène des Amériques, ou une colonisation et une exploitation directes, qui ont conduit au génocide et à la destruction des économies locales en Afrique et en Asie.

Il fut un temps où les Européens migraient en masse et sans aucune restriction légale.

Les Européens tolèrent-ils les migrants ?

Ils sont tolérants maintenant, pour la plupart, et il y a beaucoup de droits de l’homme inscrits dans les constitutions européennes; mais cette tolérance est assez récente.

La migration non blanche et non chrétienne a été presque inexistante pendant des siècles.

Chaque genre de minorité était menacé de persécution jusqu’à il y a deux ou trois générations.

Cela a changé après la Seconde Guerre mondiale, et au début du 21e siècle, la plupart des gouvernements européens ont reconnu que la migration est une réalité de la vie sur le continent. Pourtant, certains problèmes persistent. Des tentatives de limiter la vie musulmane en stigmatisant le foulard, l’abattage rituel et les jours fériés musulmans se produisent de temps en temps.

Quiconque s’écarte des opinions dominantes est diabolisé par la presse grand public.

Il existe toujours un manque flagrant de diversité ethnique dans les couches supérieures des sociétés européennes.

De nombreux migrants hautement qualifiés et personnes de couleur en Europe occidentale sont relégués quelque part au milieu de la hiérarchie sociale.

Tout crime ou acte de terreur commis par un blanc ou une personne d’origine européenne est beaucoup moins couvert par la presse européenne qu’un crime commis par une personne de couleur.

Il y a eu des milliers d’attaques contre des réfugiés au cours des dernières années, mais cela n’a été mentionné que dans la presse locale.

Cela ne fait que contribuer à perpétuer le mythe de «l’Européen civilisé» et du «barbare non européen».

Les migrants musulmans sont-ils violents ?

Cette question, et la question adjacente sur la nature supposée violente de l’islam, a été soulevée à maintes reprises par les médias occidentaux.

Au cours des dernières décennies, une grande partie du monde musulman a été infiltrée par des insurrections islamistes radicales.

La violence qui a suivi a conduit de nombreuses personnes à travers le monde à avoir peur de l’islam et des musulmans.

La prévalence des médias de masse occidentaux et un parti pris contre les musulmans ont assuré que chaque atrocité perpétrée par des terroristes islamistes était mieux couverte.

La violence commise au nom de l’islam a augmenté au fil des ans. La responsabilité de certaines doctrines islamistes comme le wahhabisme.

Cependant, cette augmentation a de nombreuses raisons non théologiques et politiques, y compris une intervention occidentale constante et des crimes de guerre au Moyen-Orient, dont la mention même est manifestement absente du discours occidental.

Ce que les récits européens communs sur l’extrémisme islamiste excluent, c’est la responsabilité des puissances occidentales dans la création d’un tel fondamentalisme religieux par leur soutien aux moudjahidines contre les Soviétiques, l’invasion de l’Irak et de l’Afghanistan, le soutien continu des éléments djihadistes en Syrie et en Irak, et le soutien à la brutalité du régime saoudien.

De nombreux détracteurs de l’islam ont concocté des bêtises anhistoriques, juste pour dépeindre tous les musulmans comme engagés dans un djihad meurtrier contre l’Occident.

Il y a eu un échec initial de la part des sociétés musulmanes à condamner et à combattre l’extrémisme religieux, mais maintenant il y a eu des contre-mesures contre lui, ce qui a provoqué le déclin de ce terrorisme dans de nombreuses régions du monde, y compris le Pakistan.

Spectre de religiosité

Il existe différentes variétés de musulmans européens avec différents degrés de religiosité.

Les musulmans autochtones de la région des Balkans sont principalement un mélange de musulmans modérément religieux et laïques.

Les Européens convertis à l’islam ont tendance à être plus religieux. Il y a des groupes musulmans, comme les musulmans alévis et alaouites, qui sont croyants, mais ont un mode de vie laïque et des interprétations hétérodoxes de l’islam.

Certains musulmans culturels sont athées, agnostiques ou irréligieux.

Le groupe le plus problématique est la classe ultra-religieuse des musulmans autochtones et/ou migrants qui reproduisent des formes culturelles islamiques en provenance d’Arabie saoudite ou d’Afghanistan.

Il y avait, jusqu’à présent, peu ou pas de politiques des États européens pour intégrer ce groupe conservateur.

On s’attendait à ce qu’ils s’assimilent dans la société au sens large, mais cela ne s’est jamais produit. C’est ce groupe qui a tendance à avoir un comportement asocial et à porter la religion sur ses manches.

Le christianisme culturel, l’athéisme et l’agnosticisme sont les doctrines non officielles de l’Europe, et les sociétés européennes veulent une certaine conformité à ces principes de la part de leurs migrants musulmans.

Il est peu probable que tous l’acceptent, même si certains le peuvent. Une solution est de créer des formes plus contemporaines de l’islam.

Hassan Mirza

A lire aussi :