Edit Template
jeudi 20 juin 2024

Le grand oral de Macron au Grand Orient de France

Le grand oral de Macron au Grand Orient de France

Le chef de l’Etat Emmanuel Macron s’est rendu, mercredi, au siège du Grand Orient de France, à Paris. Devant quelque 300 francs-maçons, il a évoqué le retour de « l’antisémitisme », la législation sur la fin de vie et le droit des femmes. Le grand maître du Grand Orient de France, Guillaume Trichard, s’est dit satisfait « des preuves d’amour de Macron à la laïcité ». Zoom.

C’est à l’occasion du 250anniversaire du Grand Orient de France, que le président de la République Emmanuel Macron est intervenu au siège des francs maçons ce mercredi 8 novembre.

Le chef de l’Etat a évoqué plusieurs sujets de société devant les principales obédiences maçonniques. C’est la deuxième visite d’Emmanuel Macron au Grand Orient. Il avait déjà été invité, une première fois en 2016, alors qu’il n’était encore que ministre de l’économie.

Antisémitisme et loi sur la fin de vie

Le chef de l’Etat a, avant tout, souligné que « l’antisémitisme refait surface, dans les mots, sur les murs ». En liant ces propos avec les évènements au Proche-Orient, Emmanuel Macron a déploré un retour d’une haine qui « s’affiche sans crainte et sans honte »  :

« S’en prendre à un juif, c’est toujours chercher à atteindre le projet politique qui le reconnaît libre et égal, c’est toujours chercher à atteindre la République ».

Face aux « porteurs de haine », « la République ne transige pas et ne transigera pas », promet le président de la République. Il n’a, cependant, pas eu de mots sur la multiplication des actes et paroles médiatiques islamophobes depuis le début de la guerre en Palestine.

Fortement convié par le grand maître du Grand Orient de France, Guillaume Trichard, à « faire évoluer notre législation sur la fin de vie », Emmanuel Macron a donné satisfaction à la loge maçonnique contredisant la possibilité d’un référendum évoqué dans sa lettre aux chefs des partis politiques le 5 novembre.

« Le droit de mourir dans la dignité fera l’objet d’une  loi de liberté et de respect » s’est ainsi avancé le chef de l’Etat. La Conférence des évêques de France a exprimé, mercredi, à Lourdes (Hautes-Pyrénées) son « inquiétude » sur la question.

Eloge du travail et de la pensée « maçonnique »

Devant le Grand Orient, le chef de l’Etat a également évoqué « le combat de la cause des femmes ». « L’obscurantisme, qui n’a pas disparu : il revient, il renaît » s’est indigné le président. Il a indiqué en ce sens « l’inscription dans notre Constitution de la liberté pour les femmes de recourir à l’interruption volontaire de grossesse ». Une mesure, là aussi, encouragée par le Grand Orient de France.

Le président de la République s’est enfin fendu d’un éloge appuyé sur la « parole de raison, porteuse de progrès » de la franc-maçonnerie. « Dans une époque en proie à la déraison », il salue le « lent et patient travail de la pensée » des loges maçonniques.

« En vos loges, la parole est hiérarchisée, structurée, organisée, légitimée par un lent et patient travail de la pensée, de l’écoute et du partage »

Emmanuel Macron s’est également insurgé contre la « fausse légende noire » de la franc-maçonnerie, car « il n’y a ici ni complot ni dessein secret ». « Au moment où ailleurs ce sont les armes qui parlent, et où chez nous s’élèvent des voix de confusion et de haine, de déraison et de division, cette parole doit être plus forte », a conclu le président.

Les preuves d’amour d’Emmanuel Macron au Grand Orient de France

Suite à l’allocution du président de la République au siège du Grand Orient de France, le « Grand maître » des lieux, Guillaume Trichard, s’est enthousiasmé dans les colonnes de Marianne : « Les francs-maçons veilleront à ce que les preuves d’amour de Macron à la laïcité continuent ».

Dans un entretien, daté du 16 octobre, avec Le Point, Guillaume Trichard assumait, en effet, l’apport fondamental de la franc-maçonnerie dans la conception de « L’universalisme des Lumières » vu selon lui « comme un sanctuaire mû par la raison pour mieux servir la cohésion de notre société » :

« Depuis l’appellation de l’obédience du Grand Orient de France, il y a 250 ans (…) les francs-maçons n’ont cessé, par leurs travaux en loges, d’œuvrer à fortifier ce monde commun républicain. La laïcité fait partie évidemment de cet héritage, elle en demeure la pierre angulaire. »

On peut peut-être aussi apercevoir dans la récente évolution des positions d’Emmanuel Macron promouvant « un cessez-le-feu immédiat » et « une pause humanitaire très rapide » dans l’enclave palestinienne de Gaza, l’empreinte du Grand Orient de France qui appelait, dans son communiqué du 2 novembre, à une trêve humanitaire à dans la région.

A lire aussi :

NEWSLETTER

PUBLICATIONS

À PROPOS

Newsletter

© Mizane.info 2017 Tous droits réservés.

slot777