Catégories
Articles récents
30/01/2023
AccueilReligionLa place des femmes en Islam : « Une question incontournable pour l’avenir de nos enfants »

La place des femmes en Islam : « Une question incontournable pour l’avenir de nos enfants »

La place des femmes en Islam : « Une question incontournable pour l’avenir de nos enfants » Mizane info

Le collectif Un Islam Des Musulmans (UIDM) organise, en partenariat avec Mizane.info, une rencontre le 21 janvier 2023 autour du thème « La place des femmes au sein de la communauté musulmane ». Mizane.info s’est entretenu avec les membres de ce collectif pour en savoir un peu plus sur la nature de leur démarche. Décryptage.

Le sujet est souvent évoqué sur les réseaux sociaux, dans les conversations intimes. Moins dans les conférences. La question de la place des femmes, dans la communauté musulmane, fait l’objet de toutes les attentions dans une société sécularisée comme la France qui compte également la plus importante communauté musulmane de France. Ce sujet, le collectif UIDM, Un Islam Des Musulmans a décidé de l’aborder ouvertement au cours d’une conférence débat qui se tiendra samedi 21 janvier.

Quelle est la place accordée aux femmes au sein de la communauté musulmane ?  Est-ce fidèle aux sources de référence, le Texte coranique et la sunna ? Correspond-t-elle aux enjeux et défis contemporains auxquels l’humanité est confrontée ? Voilà quelques-unes des questions qu’aborderont les différents invités de cet événement parrainé par Mizane.info.

Pour les acteurs de la dynamique UIDM, le sujet est incontournable. Ils s’en sont confiés à notre rédaction.

« Le but n’est pas d’opposer hommes et femmes »

« Notre communauté a besoin d’une introspection sur ce sujet pour avancer et s’élever, témoigne Ismahane B., membre du collectif UIDM, professeure des écoles et mère de 2 enfants. Nos sources, le Coran et la Sunna, sont claires. L’Islam a affirmé l’égalité entre les hommes et les femmes et leur complémentarité. Ils sont, tous deux, les lieux – tenants de Dieu sur Terre. Il est temps que la femme se libère et qu’on distingue islam et traditions. C’est le moment pour l’homme et la femme de retrouver leur complémentarité pour accomplir le dessein de Dieu. »

Samia Najjar, membre active du collectif UIDM, professeure, et mère estime quant à elle qu’il est temps « que les débats autour de la question féminine soient argumentées et non jeter en pâture sur les réseaux sociaux. » « Pas un jour ne passe sans de nouvelles polémiques et discriminations à l’égard des femmes. C’est une question incontournable pour penser l’avenir de nos enfants. »

Tarek Ouadah (UIDM), partage ce constat. « Ce sujet me paraît d’une importance capitale au vue de l’état de notre communauté. Et c’est bien en tant qu’homme que je témoigne de cet état délétère. Mais surtout en tant que musulman je ne peux cautionner à mes yeux une compréhension biaisée, patriarcale avec un apport culturel des pays d’origine qui iraient, au final, à l’encontre du message coranique ! », explique-t-il. Mais ajoute-t-il aussitôt, « le but n’est pas d’opposer homme/femme mais plutôt de nous appuyer fidèlement sur nos sources pour avoir, dans un rapport d’équité, la possibilité d’être contributeurs dans une société de plus en plus complexe (…) L’islam est venu revolutionner le monde. Soyons à la hauteur de cet enjeu… Ensemble ! »

Qui seront les intervenants ?

Zhor Firar, militante associative, y prendra la parole. Auteure d’un article paru en 2016, « Le dévoilement des femmes : une longue histoire française » et co-auteure d’un ouvrage collectif « Voiles et préjugés », Zhor Firar tentera de décrypter les polémiques passées, présentes et à venir autour du foulard à partir d’une critique du féminisme colonial.

Vanessa, enseignante à l’institut Aicha, parlera, quant à elle, de son travail de « visibilisation des femmes savantes » en islam, dans le cadre de l’école juridique malikite. Elle tâchera de rendre compte de la contribution historique des femmes aux sciences dites islamiques classiques, et évoquera la question des droits des femmes dans le cadre du modèle des « sahabiyat ».

Tarik Abou Nour, théologien et spécialiste du droit malikite, imam et chercheur qui dirige l’IESIP, l’Institut d’Enseignement Supérieur Islamique de Paris sera également présent. Il soulignera l’importance de concilier le Texte et le contexte, la place de l’autorité religieuse musulmane en terre laïque car la problématique ne se pose pas de la même façon en France et ailleurs.

Ousmane Timera, penseur, islamologue, auteur de l’ouvrage « Lyre le Coran » proposera pour sa part une relecture méditative du Coran, visant le dépassement des approches occidentales modernistes et critiquant certaines interprétations religieuses, dans un esprit visant le dépassement du cadre sexué ou genré, pour penser d’abord l’être humain.

A lire sur le même sujet :