Catégories
Articles récents
30/01/2023
AccueilActualitesLa mosquée d’Allonnes réouvre ses portes

La mosquée d’Allonnes réouvre ses portes

La mosquée d'Allonnes réouvre ses portes Mizane.info

Fermée en octobre 2021, la mosquée d’Allonnes a été réouverte vendredi 13 janvier. « Ça a été un traumatisme, plus d’un an de fermeture​ », a commenté le maire communiste de la ville.

Fermée administrativement fin 2021, la mosquée d’Allonnes (Sarthe) a rouvert ses portes vendredi 13 janvier 2023.

« Ça a rouvert aujourd’hui. Une nouvelle association s’est créée, nous avons travaillé de longs mois avec les services de la préfecture, la nouvelle association et les services de la ville pour que tout se passe du mieux possible. Une convention a été signée »​, a déclaré Gilles Leproust, maire de la ville de 11 000 habitants, selon Ouest-France.

« Tout est passé en conseil municipal et a été validé, a ajouté l’élu. Ça a été un traumatisme, plus d’un an de fermeture​, a ajouté le maire communiste. L’élu a souligné que la communauté musulmane de la ville était « satisfaite » ​de cette réouverture.

« C’est un soulagement, on attendait cela depuis si longtemps » 

Engagé en octobre 2021 par la préfecture, la procédure de fermeture de la mosquée, qui reçoit environ 300 fidèles, avait été justifié par des prêches qualifiés de radicaux.

Confirmé par le Conseil d’État, cette fermeture et celles de deux associations gérantes de la mosquée, avaient été dissoutes en Conseil des ministres en janvier 2022.

« C’est un soulagement, on attendait cela depuis si longtemps, témoigne Khalid pour Le Point. Personne n’a compris pourquoi ça avait fermé, pourquoi toute la communauté avait été punie alors qu’une seule personne avait dit des ragots. » 

Vendredi dernier, cent cinquante femmes et hommes (sur quatre cents places disponibles) ont pu écouter le premier prêche de Mohamed Bouamama, le nouvel imam de l’association.

« On voulait un imam qualifié, confirmé, quelqu’un dont c’est le métier et non un bénévole qui viendrait uniquement faire le prêche du vendredi tout en exerçant une autre activité professionnelle ailleurs, explique Mohamed Zantar, responsable de l’association. C’est très difficile d’en trouver un bon. Il a fait cinq à six ans d’études en ce sens, il connaît le Coran par cœur, et ses interprétations. On l’a reçu en entretien, comme deux autres avant, et c’est lui qu’on a choisi. »