Edit Template
mardi 18 juin 2024

Inde : Narendra Modi inaugure un temple sur le site d’une ancienne mosquée

Ayodhya

Le Premier ministre indien Narendra Modi a inauguré ce lundi un temple, dans la ville d’Ayodhya, construit sur l’emplacement d’une mosquée démolie par des nationalistes hindous en 1992. Sa destruction avait déclenché des émeutes religieuses à travers le pays. Narendra Modi mise sur cette symbolique pour remporter les prochaines élections législatives. Zoom.

En Inde, ce lundi 22 janvier, le Premier ministre Narendra Modi a inauguré un temple hindou sur les ruines d’une mosquée rasée en 1992 sous l’impulsion de son parti, le BJP (Bharatiya Janata Party).

Cette inauguration du temple, dédié à la divinité hindou Rama, vient confirmer la politique totalitaire à forte connotation religieuse du parti nationaliste et lancer officieusement la campagne de Narendra Modi pour les élections législatives en Avril.

Symbole du triomphe d’une politique nationaliste

« Le 22 janvier 2024 n’est pas seulement une date du calendrier, mais annonce l’avènement d’une nouvelle ère » a lancé le Premier ministre en dévoilant une statue dédiée à la divinité Rama, au cœur du nouveau temple, dans la ville d’Ayodhya :

« C’est un temple de la conscience nationale sous la forme de Rama. Rama est la foi de l’Inde, Rama est le fondement de l’Inde. Rama est l’idée de l’Inde, Rama est la loi de l’Inde. Rama est le prestige de l’Inde, Rama est la gloire de l’Inde. Rama est le leader et Rama est la politique. »

Entérinant par ce symbole des décennies d’efforts pour recentrer la politique hindouiste du BJP au sommet du pays, le temple a été construit sur l’emplacement d’une mosquée détruite en 1992. Une destruction, encouragée par les membres de ce même parti, qui avait déclenchée des émeutes meurtrières contre la minorité musulmane.

Narendra Modi profite donc de cette visibilité pour consolider ses soutiens venu par dizaines de milliers dans les rues de la ville et lancer sa campagne électorale pour les prochaine législatives.

Ayodhya, la supposée ville de naissance de la divinité « Rama »

La ville d’Ayodhya dans l’État de l’Uttar Pradesh, au nord de l’Inde, abrite une forte population musulmane. Son imposante mosquée à trois dômes, bâtie en 1527 sur l’ordre du souverain Babur de la dynastie moghole, est restée en activité jusqu’au début des années 1990 avant sa destruction.

L’emplacement a été, depuis le XIXe siècle, le centre de controverses avec les nationalistes hindous revendiquant le site comme lieu de naissance de la divinité Rama, il y a plus de 7.000 ans, Pour Audrey Truschke, professeure de l’histoire d’Asie du Sud aux États-Unis, l’inauguration de ce temple par le Premier ministre est « de très mauvaise augure pour les musulmans indiens » :

« l’inauguration du temple d’Ayodhya risque d’être de très mauvais augure, pas seulement pour les musulmans indiens, mais aussi pour les hindous qui croient encore aux valeurs fondatrices de leur pays, le pluralisme et la laïcité »

Dénonçant un évènement à vocation purement électoraliste, les partis d’opposition ont boycotté la cérémonie.

A lire aussi :

NEWSLETTER

PUBLICATIONS

À PROPOS

Newsletter

© Mizane.info 2017 Tous droits réservés.

slot777