Edit Template
mardi 18 juin 2024

Pauvreté : la précarité gagne du terrain en France

Baromètre annuel de la pauvreté

Ipsos et le Secours Populaire ont publiés, mercredi dernier, les chiffres du Baromètre français de la pauvreté et de la précarité. Après une année 2022 déjà fortement marquée par une dégradation économique sociale, la situation s’est fortement dégradée pour l’année 2023. Les grandes lignes du baromètre sur Mizane info.

Mené auprès de 996 personnes, représentatif de la population française – âgée de 16 ans et plus -, le baromètre français de la pauvreté et de la précarité a été publié ce mercredi 6 septembre.

Le constat face aux chiffres révélés ne laisse aucun doute : dans la continuité de l’année passée, la situation économique des Français ne cesse de se dégrader.

35 % des français mangent moins de trois repas par jour

Selon le baromètre, plus d’un Français sur deux n’arrive plus à mettre de l’argent de côté (53 %) tandis que près d’un français sur cinq (18 %) vit à découvert.

Une situation alarmante qui se reflète sur les privations budgétaire : près d’un français sur deux (45%) déclare s’être retrouvé dans « l’incapacité, absolue ou partielle, de payer certains actes médicaux ».

Idem pour l’alimentation où 43 % des personnes interrogées affirment ne plus pouvoir consommer quotidiennement des fruits et légumes. Plus inquiétant encore : 35 % des Français indiquent ne plus manger trois repas chaque jour. 

La population française s’adapte ainsi avec l’inflation record de ces dernières années. Un exemple concret : 36 % des interrogés se privent pour que leurs enfants puissent manger à leur faim.

Des privations budgétaires pour des produits du quotidien

La viande devient notamment un produit de luxe difficilement accessible au quotidien : près des trois quarts des personnes interrogées (72 %) assurent qu’elles ne peuvent plus en acheter.

En parallèle, les factures d’électricité et de chauffage deviennent des dépenses très lourdes pour 45 % de la population. Autre difficulté relevée, répondre aux besoins des enfants (vêtements, fournitures scolaires, cantine…) : 46 % des Français estiment avoir du mal à intégrer ce type de frais dans leur budget.

Quant aux départs durant les périodes de vacances, ils sont devenus quasiment impossibles pour près d’un Français sur deux (46 %) qui déclare rencontrer encore « beaucoup » ou « un peu » de difficultés financières pour partir au moins une fois par an.

Ces difficultés financières sont similaires pour le reste de l’Europe. Près de trois Européens sur dix déclarent se trouver dans une situation précaire et indiquent devoir renoncer à certains besoins élémentaires (difficulté à se nourrir ou à se loger correctement).

A lire également :

NEWSLETTER

PUBLICATIONS

À PROPOS

Newsletter

© Mizane.info 2017 Tous droits réservés.

slot777