Catégories
Articles récents
08/12/2019
AccueilActualitesAu Sénégal, une initiative intra-musulmane pour l’éthique et la tolérance

Au Sénégal, une initiative intra-musulmane pour l’éthique et la tolérance

La mosquée de Touba, au Sénégal.

Une réunion fondatrice a officialisé la naissance du Cadre Unitaire de l’Islam mercredi 11 octobre, un espace de réflexion et d’action réunissant les confréries musulmanes du Sénégal. L’objectif affiché de ce Cadre unitaire, selon PressAfrik, est de « promouvoir le vivre ensemble, la paix et la tolérance au Sénégal ».

Un espace de dialogue, de réflexion et d’action pour promouvoir le modèle de tolérance du Sénégal : telle est l’ambition affichée par le Cadre Unitaire de l’Islam, une nouvelle structure   réunissant les diverses confréries musulmanes sénégalaises. Serigne Cheikh Gueye, le Secrétaire général du Cadre Unitaire de l’Islam, a exposé les objectifs de son mouvement : « Cultiver la paix et le vivre ensemble à travers un certain nombre d’actions faisant l’objet d’un plan composé de grands axes. Ces axes visent, d’abord la production et la vulgarisation de contenus sur les enseignements de paix et de tolérance, sur la diversité, l’éthique dans la bonne gouvernance. La contribution au renforcement du vivre ensemble par l’éducation civique, éthique et social des jeunes Sénégalais souvent soumis à certaines influences néfastes ».

Faire reculer l’extrémisme religieux

Une référence à peine voilée à la menace de l’extrémisme religieux diffusée par les courants wahhabites qui se sont greffés en Afrique et qui alimentent les discours des organisations extrémistes africaines comme Les Shebabs ou Boko Haram.

Contre le sectarisme et l’appel à la violence de ces groupes, le Cadre veut opposer des valeurs de paix et de respect de la diversité. « Son but est de collaborer avec toutes les confréries religieuses qui partagent la culture Sénégalaise du vivre ensemble et la tolérance. Le modèle de tolérance chanté par tous a besoin d’être perpétué surtout préservé et consolidé. Il s’appuie sur une histoire d’une société sénégalaise basée à la fois sur la parenté, parfois le métissage, et consolidée par le respect mutuel ». Une démarche propre à garantir la prévention « des risques de conflit professionnel et interprofessionnel et toute autre menace sur le territoire national ». Dans son combat contre l’extrémisme et pour la tolérance nationale au Sénégal, le Cadre Unitaire de l’Islam entend miser sur l’éducation et l’accès à la connaissance.

Ce type d’initiative revêt un enjeu majeur en Afrique traversé par des lignes de fractures ethno-religieuses de plus en plus béantes. Le succès de l’expérience sénégalaise pourrait permettre à terme une exportation de son modèle dans l’ensemble du continent noir

Exporter le modèle de tolérance sénégalais

Pour ce faire, il propose de « mettre à la disposition du système scolaire et des jeunes Sénégalais des contenus tirés des enseignements de grandes figures du pays. Ces manuels pourront couvrir beaucoup de choses telle la paix, la tolérance, la diversité, la bonne gouvernance, la corruption, l’éducation civique et morale ». Une autre initiative, le projet « Kaddu », prévoit de rendre accessible la numérisation sous forme de bibliothèque en ligne des publications du patrimoine religieux sénégalais. Autre problème important au Sénégal, celui des enfants mendiants. Le Cadre Unitaire de l’Islam appelle à soutenir « l’enseignement traditionnel afin de lutter contre la mendicité des enfants en renforçant les « Daara » et les écoles Coraniques ». Ce type d’initiative revêt un enjeu majeur en Afrique traversé par des lignes de fractures ethno-religieuses de plus en plus béantes. Le succès de l’expérience sénégalaise pourrait permettre à terme une exportation de son modèle dans l’ensemble du continent noir.

“Histoire du Sénégal”, Mamadou Diouf