Catégories
Articles récents
08/12/2022
AccueilPaixA Bahreïn, le Pape François relance le dialogue islamo-chrétien

A Bahreïn, le Pape François relance le dialogue islamo-chrétien

La visite du souverain pontife dans l’archipel arabe s’inscrit dans une politique de paix plus large dont le volet musulman est incontournable pour la diplomatie du Pape François. Le zoom de la rédaction.

Ce n’est pas la première visite du Pape en terre musulmane. La visite diplomatique du Pape François à Bahreïn du 3 au 6 novembre s’inscrit dans un bilan d’étapes plus large. Depuis le début de son magistère, François a saisi son bâton de pèlerin pour aller prêcher une politique de paix. En Ukraine, en Chine, et dans le monde musulman.

Le volet du dialogue islamo-chrétien est central dans le dispositif diplomatique mis en place par le chef du Vatican.

En 2019, François s’était rendu au Maroc et aux Emirats arabes unis. A Dubaï, une initiative officielle lancée avec Ahmed Al-Tayeb, le grand imam de la mosquée Al-Azhar en Egypte, avait débouché sur la signature d’un document sur la fraternité humaine pour la paix dans le monde et la coexistence commune, un moment historique. En 2021, une rencontre en Irak avec l’ayatollah Ali Al Sistani avait confirmé cette volonté d’œcuménisme.

Une politique en faveur de la paix

La visite du Pape François à Bahreïn, territoire de moins de deux millions d’habitants, s’est faite sur l’invitation du roi Hamad Ben Issa Al Khalifa. Vendredi 4 novembre, le Pape prononcera en présence de nombreux dignitaires du monde musulman dont Ahmed Tayeb, un discours de clôture du Forum de Bahreïn pour le dialogue « Orient et Occident pour la coexistence humaine ».

Autre temps fort de cette rencontre, la visite prévue de François à la cathédrale Notre-Dame d’Arabie, où il dirigera une prière avant la célébration d’une messe ce dimanche dans le Stade national de Bahreïn. Si Bahreïn, selon les informations du quotidien Le Monde, comporte une communauté chrétienne de « quelque 140 000 chrétiens dont 80 000 catholiques, selon les derniers recensements de la fondation Aide à l’Eglise en détresse (AED) », François s’adressera également aux chrétiens d’Orient.

« Au-delà, ce sont aussi près de 1,6 million de chrétiens que le souverain pontife souhaite toucher dans toute la péninsule. Des Arabes chrétiens pour certains, mais surtout des travailleurs immigrés pour la plupart, issus de pays d’Asie comme les Philippines, le Sri Lanka ou le Bangladesh », écrit Sarah Belouezzane. « Si les deux religions monothéistes majeures ne trouvent pas un minimum de points d’accords, il y a un risque pour le monde entier », commentait pour  sa part l’évêque Paul Hinder, vicaire apostolique de l’Arabie du Sud.