Catégories
Articles récents
AccueilCivilisationQui a peur d’une Europe multiraciale ?

Qui a peur d’une Europe multiraciale ?

Europe

L’Europe change et ce changement crée des vagues et des remous. Brassage ethnique, immigration et mondialisation, réchauffement climatique : tous ces facteurs façonnent le nouveau visage du Vieux Continent, au grand dam des identitaires.

Le 15 juillet 2018, des footballeurs ayant des racines en Algérie, au Cameroun, au Mali, en République démocratique du Congo et aux Philippines se sont retrouvés côte à côte pour prendre une photo historique. Ensemble, ils ont remporté le trophée de la Coupe du monde et ils l’ont fait au nom de la France, le pays dans lequel leurs familles ont émigré il y a de nombreuses années, écrit la journaliste espagnole Maria José Carmona dans les colonnes de Equal Times.

L’équipe gagnante, composée à près de 70 % de joueurs d’origine étrangère, a affiché son visage le plus multiculturel au cours de la soirée. Au même moment, certaines parties du monde applaudissaient, quelque peu décontenancées – comme si elles venaient de se voir dans le miroir pour la première fois.

Europe

Dans un monde où 244 millions de personnes sont en mobilité, il ne faut pas s’étonner que 13 des 14 équipes européennes de la dernière coupe du monde aient des joueurs issus de l’immigration dans leurs rangs. « L’Europe devient multiraciale », déclarait le sociologue et philosophe Sami Naïr en 2010, ajoutant qu’« il s’agit d’un processus irréversible ».

Les idées anti-immigrés en Europe, qui influencent actuellement les gouvernements et les parlements dans une vingtaine de pays, ont ravivé les vieux récits sur l’identité nationale ou européenne, en en faisant un capital politique assimilant la diversité à un danger, tout en alimentant les craintes d’un phénomène inévitable.

Comme le signalent les Nations Unies, la mobilité des populations va se poursuivre. Et d’un point de vue démographique, cette mobilité est essentielle. « Sans la migration, certains pays européens auraient non seulement cessé de croître depuis longtemps, mais leur population aurait également diminué », explique Julio Pérez Díaz, chercheur à la CSIC, l’agence de recherche scientifique espagnole. L’Europe n’a plus que deux options: elle peut se regarder dans le miroir avec acceptation ou crainte.

De la résurgence nationaliste à l’identité multiple

La migration n’est ni nouvelle, ni homogène. Jusqu’au 20e siècle, la plupart des migrants traversant la Méditerranée se dirigeaient dans la direction opposée, du nord au sud, de l’Europe à l’Afrique ou au Moyen-Orient. Ils étaient à la recherche d’opportunités ou fuyaient des pays en guerre.

« Il y a eu des flux plus importants, en pourcentage, au cours des derniers siècles. L’impact dépend de variables politiques et idéologiques », explique José Manuel López, professeur de géographie des populations à l’Université de Séville. « En Allemagne, par exemple, le nombre de migrants n’a augmenté que de 0,4 % entre 2010 et 2015. La réponse alarmiste n’est pas justifiée par les chiffres réels », explique le professeur.

L’identité collective n’existe plus. Nous sommes de moins en moins locaux. Le type de voiture que nous conduisons ou l’équipe de football que nous soutenons nous unit plus que nos origines.

L’Union européenne compte actuellement environ 37 millions de personnes nées en dehors de ses frontières, soit 7 % de la population des 28 États membres de l’UE, et pourtant, la plupart des Européens pensent toujours que ce nombre a doublé.

Europe

C’est dans ce contexte que nous assistons à une résurgence du nationalisme, à une focalisation sur les identités nationales et au sentiment d’une « invasion » qui monte en puissance et de la nécessité de défendre l’Europe des étrangers. Mais il n’existe pas d’identité pure, unique, stable. « La peur nous oblige à nous accrocher à de vieux concepts, au paradis perdu de notre identité pure. Mais y croire est presque infantile. »

La réalité dont on parle beaucoup aujourd’hui est celle des « identités multiples », résultat de siècles de mélange dans un monde de plus en plus petit. « L’identité collective n’existe plus. Nous sommes de moins en moins locaux. Le type de voiture que nous conduisons ou l’équipe de football que nous soutenons nous unit plus que nos origines », a déclaré le chercheur de la SCCI Julio Pérez.

L’effet Benetton

EuropeLors de sa dernière visite à Londres, Donald Trump avait averti que l’immigration « changeait la culture » en Europe et que « ça ne sera plus jamais ce que c’était ».

Et il avait raison, en partie. Mais seulement en partie. « Quand une personne arrive quelque part, un processus d’hybridation a lieu. Le changement se produit dans les deux sens. La population locale accepte les coutumes et les coutumes de ceux qui viennent d’autres endroits et les nouveaux arrivants finissent par s’adapter, pour survivre », a déclaré Enrique Uldemolins, professeur à l’Institut Humanisme et Société de l’Université San Jorge.

Les cultures ne s’imposent pas les unes aux autres, elles sont flexibles. Elles changent en fonction du contexte. Comme le fait remarquer l’anthropologue sociale Débora Ávila : « Les migrants ne viennent pas ici avec leur culture dans un sac à dos. À partir du moment où ils migrent, un processus de transformation commence. »

Les humains ont commencé à quitter l’Afrique il y a 80 000 ans. En termes d’évolution, c’est très récent. C’est la raison pour laquelle nous sommes une espèce avec très peu de diversité génétique.

Mais cela ne se passe facilement, insiste l’anthropologue. Croire en la pureté de l’identité est aussi illusoire que croire en « l’effet Benetton » – en l’idée de la beauté et de l’harmonie multiraciales, sans regarder sous la surface. « Dans la vraie vie, nous vivons ensemble, mais pour le moment, cette coexistence n’est pas considérée en termes d’identités qui se considèrent comme des égales. »

Ce chercheur, qui étudie la diversité culturelle dans les écoles, reconnaît qu’il « subsiste encore quelques résistances, notamment en ce qui concerne l’islam, mais nous en sommes toujours à la phase de construction. Certains auteurs disent que l’intégration nécessite trois générations ou plus ».

Europe

À l’heure actuelle, et selon les études menées par le professeur Uldemolins, le Portugal est le pays européen qui affiche le meilleur bilan en matière d’intégration. Certes, la proportion de migrants est légèrement inférieure et la majorité d’entre eux sont issus d’anciennes colonies – telles que l’Angola – et partagent donc une langue commune. Mais c’est aussi l’un des rares pays à ne pas avoir porté atteinte aux droits de ces personnes, en dépit de la crise économique.

La génétique contre la xénophobie

Europe

Sonia Casillas.

Il y a quelques années, le magazine National Geographic avait commandé une galerie de photos à Martin Schoeller avec les nouveaux visages des États-Unis. Le résultat montrait les mélanges les plus inattendus : afro-américain et allemand, coréen et hispanique, chinois et européen, thaïlandais et noir. Tous sont les enfants de la mondialisation et leurs caractéristiques défient toute idée conservatrice que nous pourrions avoir au sujet de l’identité.

Le monde devient un patchwork de plus en plus diversifié. Bien que, comme l’expliquent les généticiens, il n’y a qu’une diversité à l’extérieur.

« C’est difficile à comprendre parce que nous pouvons classer les individus physiquement, mais d’un point de vue génétique, très peu de variables nous différencient », explique Sònia Casillas, chercheuse et spécialiste en génétique des populations à l’Université autonome de Barcelone.

« Les humains ont commencé à quitter l’Afrique il y a 80 000 ans. En termes d’évolution, c’est très récent. C’est la raison pour laquelle nous sommes une espèce avec très peu de diversité génétique », déclare Casillas.

Cela signifie que nous mêlons des individus qui sont déjà intrinsèquement très similaires. « C’est pourquoi les changements ne seront pas aussi importants en termes quantitatifs. »

Il se peut que, dans le futur, dans les 0,1 % qui nous séparent, certains traits l’emportent ou que certains disparaissent complètement, mais, comme l’explique la science, cela n’aura rien à voir avec la circulation des personnes. « Au final, ce seront les traits phénotypiques les mieux adaptés à l’environnement qui prévaudront », explique Casillas.

Maria José Carmona

A lire également :

Europe