Catégories
Articles récents
17/07/2019
AccueilActualitesQuand la finance islamique investit sur la planète

Quand la finance islamique investit sur la planète

finance islamique

La protection de l’environnement et le financement des énergies propres est devenu un enjeu civilisationnel majeur pour la survie de l’espèce humaine. C’est précisément le secteur où la finance islamique a décidé d’investir à travers les sukuks. La Malaisie est leader sur ce marché comme nous l’explique Sophia Akram dans les colonnes de Ozy.

Avec des sommets mystiques, des récifs coralliens, des jungles et plus de 4 000 heures de soleil par an, l’État de Sabah, en Malaisie, est un candidat idéal pour les initiatives en matière d’énergie propre.

Mais ce qui fait la particularité de son projet solaire de 50 mégawatts, lancé en avril 2018, n’est pas uniquement son potentiel de fournir de l’électricité à cette région du nord de Bornéo.

Le projet est le fruit des fonds recueillis auprès de la première commission d’obligations vertes islamiques au monde, d’une valeur de 60 millions de dollars, somme dévoilée par la Commission des valeurs mobilières de Malaisie en juillet 2017.

Le sukuk vert, un marché de plusieurs milliards de dollars

Les outils financiers islamiques modernes, tels que les obligations qui respectent la loi islamique et ne rapportent aucun intérêt, sont apparus pour la première fois dans les années 1970.

Depuis, la demande pour les projets d’énergie propre a augmenté dans le monde entier au cours des deux dernières décennies en raison de la montée des préoccupations relatives au changement climatique.

finance islamique

Aujourd’hui, de plus en plus de pays et d’organisations commencent à investir des milliards de dollars dans un secteur en pleine croissance, tout en offrant à l’industrie de l’énergie propre un financement dont elle a désespérément besoin pour accélérer la transition de la société vers ce type d’énergie.

Depuis la première obligation verte islamique, la Malaisie a publié six émissions similaires, appelées sukuks, d’une valeur cumulée de 1,42 milliard de dollars, destinées spécifiquement au secteur des investissements verts ou durables et responsables (SRI).

Une approche soutenue par le FMI et la Banque mondiale. La Banque mondiale travaille activement avec la Malaisie sur ces obligations.

En février 2018, l’Indonésie a lancé son premier sukuk vert – le terme est dérivé du mot arabe sakk, qui signifie « chèque » ou « reconnaissance de dette » – d’une valeur de 1,25 milliard de dollars.

finance islamique

En avril 2018, la société de technologie financière Blossom Finance a ainsi créé la première plate-forme SmartSukuk au monde, destinée à collecter des fonds auprès du marché de la vente au détail, au moyen de la technologie de blockchain, pour que les citoyens ordinaires puissent réaliser des projets sociaux.

En 2017, la Banque nationale des Émirats arabes unis a lancé la première obligation verte du Golfe, qui a permis de lever 587 millions de dollars.

L’Arabie saoudite, avec son capital de 28,07 milliards de dollars, devrait rejoindre bientôt cette ruée vers le financement vert islamique, affirment les experts. L’Europe est la prochaine étape.

Investir dans les infrastructures

finance islamique

Le cabinet de conseil malaisien Bespoke Globiz a de son côté examiné comment les obligations vertes islamiques pourraient représenter un scénario gagnant-gagnant à la fois pour les pays à la recherche de fonds pour financer des projets d’infrastructure et d’autres projets que pour les institutions financières islamiques à la recherche d’investissements sûrs.

La finance islamique est définie par sa conformité avec la loi de la shari’a – les intérêts ne peuvent pas être facturés, vous ne pouvez pas spéculer, les investissements incertains sont méprisés et les domaines tels que l’alcool, les jeux de hasard, la pornographie et le commerce des armes sont strictement interdits.

Au lieu de cela, les produits financiers génèrent de l’argent grâce à des accords de partage des bénéfices convenus avec les bénéficiaires ou à des majorations supérieures au point de vente. Le client sait donc dès le départ combien le produit coûtera ou quelle fraction de bénéfices il devra partager.

L’expansion rapide des marchés de l’énergie propre dans des économies en plein essor telles que la Chine et l’Inde rend le secteur attrayant pour les investissements (…) la taille du portefeuille actuel de la finance islamique mondiale intéressée par le sukuk vert pourrait se situer entre 15 et 17%.

Les pays en développement ont un besoin collectif d’environ 1 700 milliards de dollars par an pour le développement des infrastructures, mais ne sont capables d’investir que la moitié de ce montant, a déclaré Sharifah Bakar Ali, fondatrice et directrice de Bespoke Globiz.

La Banque mondiale estime que le financement islamique aura une valeur de 3 000 milliards de dollars d’ici 2020.

« Les infrastructures sont vraiment un domaine dans lequel la finance islamique peut être largement utilisée car la plupart d’entre elles relèvent de la shari’a », a déclaré Ali, citant les routes, les hôpitaux et les écoles comme exemples de projets conformes à la shari’a.

Il n’est pas surprenant que la première obligation verte islamique ait eu lieu en Malaisie. Après le Japon et la Corée du Sud, le pays est le troisième marché obligataire d’Asie en termes de fraction du PIB.

C’est également le plus grand marché de sukuk au monde. Le lancement des obligations vertes islamiques depuis 2017 a été facilité par la révision par le pays des lignes directrices sur le sukuk en 2014 pour utiliser le produit de la vente vers des projets respectueux de l’environnement.

La finance islamique et le secteur humanitaire

Mais l’enthousiasme et l’intérêt pour ce concept ne s’arrêtent pas à la Malaisie et s’étendent jusqu’au Royaume-Uni, ancien colonisateur de la Malaisie.

Samir Alamad, responsable de la conformité à la shari’a et du développement de produits à la banque Al Rayan, l’une des plus grandes banques islamiques du Royaume-Uni, estime que la convergence entre le financement islamique et les projets d’énergie verte est parfaitement logique.

Pour lui, une institution financière véritablement conforme à la shari’a doit « contribuer à l’amélioration de la société ».

finance islamique

Mosquée de Putra en Malaisie.

«La réaction du gouvernement face au changement climatique et aux niveaux de pollution actuels dans le monde est le facteur déterminant de ce marché», déclare Alamad à propos du nouvel intérêt pour le sukuk vert.

Et cela ne se limite pas aux clients musulmans, mais inclut un nombre croissant de personnes dans le monde qui cherchent des alternatives aux banques traditionnelles, car «les consommateurs se demandent maintenant ce que leur banque fait de leur argent», dit-il.

Les grandes banques telles que Wells Fargo, HSBC et Deutsche Bank ont ​​été frappées par des scandales au cours des dernières années.

De même, l’expansion rapide des marchés de l’énergie propre dans des économies en plein essor telles que la Chine et l’Inde rend le secteur attrayant pour les investissements.

Les sukuk verts rencontrent encore des obstacles. En ce qui concerne le financement des infrastructures, le temps entre la conceptualisation d’un projet et la collecte de fonds pour le financer varie parfois entre cinq et dix ans (…) Sur le marché européen, les modèles de finance islamique sont encore considérés comme plus coûteux.

Selon Alamad, la taille du portefeuille actuel de la finance islamique mondiale intéressée par le sukuk vert pourrait se situer entre 15 et 17 %.

Mohammed Kroessin, responsable de la microfinance à Islamic Relief Worldwide, une organisation humanitaire internationale basée au Royaume-Uni, a déclaré que les obligations vertes islamiques pourraient également servir de solution au «manque dramatique de financement» face aux catastrophes naturelles aggravées par le changement climatique.

« Cela pourrait changer la donne», déclare Kroessin. «Les Sukuk pourraient jouer un rôle important dans la mise en place de communautés plus résilientes dans les réponses humanitaires qu’elles proposeront. »

Les recettes pourraient être utilisées pour investir dans les technologies d’adaptation au climat ou financer des interventions humanitaires telles que la mise en place d’abris pour les personnes déplacées par les catastrophes.

Les sukuks, une solution d’avenir

Ce type de sukuks produisent des revenus grâce aux futures subventions accordées aux agences humanitaires.

C’est ainsi que le sukuk de vaccination de la Banque mondiale de Gavi a bien fonctionné et que la Croix-Rouge a créé une «obligation à impact» en 2017. Selon Kroessin, cela profiterait à tout le monde – pas seulement au monde musulman.

Les sukuk verts rencontrent encore des obstacles. En ce qui concerne le financement des infrastructures, le temps entre la conceptualisation d’un projet et la collecte de fonds pour le financer varie parfois entre cinq et dix ans, explique Ali.

D’ici là, les fonds peuvent être été bloqués ailleurs, sans jamais atteindre le projet prévu. Sur le marché européen, les modèles de finance islamique sont encore considérés comme plus coûteux, car ils nécessitent une information supplémentaire.

finance islamique

Les deux tours jumelles de Kuala Lumpur.

Il y a aussi la question des perceptions. « Le monde occidental pense toujours que la finance islamique est liée à des activités terroristes », explique Sharifah Bakar Ali.

A l’heure où le monde cherche des stratégies pour limiter le changement climatique de manière significative, Ali est optimiste sur le fait que davantage de marchés adopteront les obligations vertes islamiques.

La Chine et même les États-Unis sont des pays dans lesquels elle espère voir de telles obligations émises. « Ces marchés veulent puiser dans l’espace des investisseurs islamiques », dit-elle. Cela a du sens pour de nombreux pays.

De la France à la Pologne, les pays développés ont souligné à plusieurs reprises lors de conférences sur le changement climatique leur besoin de financement pour soutenir des projets d’énergie propre. Le sukuk vert pourrait être une réponse à ce besoin.

Sophia Akram

A lire également :

finance islamique