Catégories
Articles récents
21/09/2019
AccueilActualitesMacron redore le blason du CFCM à un iftar

Macron redore le blason du CFCM à un iftar

C’est une première dans l’histoire du CFCM : avant Emmanuel Macron, aucun chef de l’Etat n’avait fait le déplacement à un iftar. Le président de la République accompagné du ministre des Cultes Gérard Collomb en a profité pour tenir un discours. Mizane Info vous en livre les principaux passages.

Au Salon Hoche à Paris, mardi 20 juin au soir, c’était sourire aux lèvres. Les responsables du Conseil français du culte musulman avaient de quoi se réjouir. Pour la première depuis la création de l’institution en 2003 sous la présidence de Nicolas Sarkozy, un chef de l’Etat a fait acte de présence à un iftar durant le Ramadan. Une manière courtoise de rendre la monnaie à la direction du CFCM qui avait appelé à voter Macron durant l’entre-deux tour de la présidentielle pour faire barrage à Marine Le Pen ? Assurément mais pas seulement. Le président Macron, accompagné du ministre des Cultes Gérard Collomb, avait aussi plusieurs messages dans ses tiroirs à faire passer aux fidèles de la seconde religion de France.

Macron réaffirme la légitimité du CFCM

Son premier message était d’affirmer son soutien entier au CFCM, institution en double crise de légitimité religieuse et politique, en rappelant ses prises de positions sans ambiguïté contre le terrorisme. « Il nous fallait le concours d’autorités musulmanes fermes dans leurs convictions, solides dans la dénonciation de ces crimes. Pas une fois le CFCM n’a fait défaut (…) Grâce à vous, ce combat pour maintenir l’unité nationale a été remporté et nous avons su tenir collectivement la voix de la raison ».

Fonder son identité politique et sociale sur sa seule foi, c’est, au fond, admettre que sa foi n’est pas compatible avec la République

Si Macron a appelé le Conseil français du culte musulman à faire montre d’une « représentativité toujours plus large » en vue de « l’exercice serein » de la religion musulmane, il a néanmoins déclaré que celui-ci « réunit au moins la moitié de l’islam de France ». Macron a également appelé le CFCM à jouer un rôle plus important dans la lutte contre l’extrémisme en prenant toute sa place théologique. « Dans ce défi, votre rôle est immense, tout comme votre responsabilité. Face à cette responsabilité, il y aura celle de l’État et des pouvoirs publics (…) La République vous aidera dans cette tâche dès qu’il conviendra de prendre des mesures coercitives pour que cessent ces détournements, mais elle ne peut se substituer à vous sur le terrain théologique et religieux. »

Le combat contre l’islam identitaire

Le président de la République s’en est également pris à l’islam identitaire et politique qu’il juge incompatible avec le République et qu’il affirme combattre. La « pratique de l’islam organisant une ségrégation au sein de la République et contre tout ce qui façonne un repli identitaire, parce que fonder son identité politique et sociale sur sa seule foi, c’est, au fond, admettre que sa foi n’est pas compatible avec la République (…) Personne en France ne peut faire croire que votre foi n’est pas compatible avec la République, personne ne peut faire croire que la France et les Français rejetteraient sa composante de foi musulmane. Personne ne peut demander à des Françaises et des Français, au nom de cette foi, de se soustraire aux lois de la République. »