Catégories
Articles récents
AccueilActualitesL’Inde en marche vers l’abolition du talaq (divorce) express

L’Inde en marche vers l’abolition du talaq (divorce) express

Alors que le gouvernement indien du Premier ministre Narendra Modi est déterminé à faire adopter le projet de loi « Triple Talaq » au Parlement, le Conseil du droit musulman de l’Inde (AIMPLB) va tenir son Assemblée générale pour déterminer son action future sur cette question.

Une réunion générale de trois jours du corps des savants musulmans indiens, à partir du 9 février, s’efforcera d’élaborer une stratégie de protection du droit personnel musulman. Le projet de loi Triple Talaq, qui sera présenté à la Cour suprême le 8 février, est en tête de l’ordre du jour de la réunion cruciale présidée par le chef de l’AIMPLB, Moulana Rabey Hasani Nadvi. L’AIMPLB, qui a été créée en 1972 et représente toutes les écoles de pensée islamiques en Inde, adoptera une résolution définissant la feuille de route sur cette question épineuse du divorce express prononcé verbalement par le mari et qui congédie sans autres formes de droits l’épouse. L’Assemblée générale discutera également du projet de loi surnommé « Triple Talaq », qui a été adopté par le parlement indien. La réunion devrait aboutir à une décision sur la proposition d’introduire une nouvelle disposition dans le contrat de mariage dans lequel l’homme doit s’engager à ne pas prononcer de triple talaq instantané. Le conseil estime que cet amendement aidera à dissuader les hommes de pratiquer ce qui est considéré comme la pire forme de divorce en islam.

Membres du Conseil du droit musulman de l’Inde (AIMPLB).

Contre l’ingérence parlementaire mais pour la réforme sociale

Le conseil a néanmoins qualifié le projet de loi, qui a criminalisé le Triple Talaq, d’ingérence dans le droit personnel musulman. Il est d’avis que le taux de musulmans qui divorcent de leurs femmes de cette manière est très faible et que cette pratique peut être freinée par la prévention et la sensibilisation. Le Conseil du droit musulman de l’Inde passera également en revue les progrès réalisés dans la campagne nationale mise en oeuvre par cette instance pour les réformes dans la société musulmane (Islah-e-Moashira), campagne visant à sensibiliser le public contre les abus sociaux de certaines pratiques telles que la dot et le Triple Talaq. La commission fera le point sur les affaires relatives au droit personnel musulman en instance devant divers tribunaux et discutera de la façon dont elle peut s’imposer pour protéger la charia. Il discutera également de l’utilisation efficace des plateformes de médias sociaux pour informer de ses activités et sensibiliser le public. Près de 600 dirigeants musulmans éminents, y compris des érudits religieux, des chefs de diverses organisations musulmanes, des politiciens, des avocats, des académiciens et d’autres personnalités éminentes de différents horizons assisteront au conclave. Le conseil compte 102 membres fondateurs et 149 membres généraux. Ils comprennent 30 femmes.

Traduit du site The News Minute

A lire sur le même sujet :

« Code civil de la famille en Islam », Pasha Qadri

Partager