Catégories
Articles récents
AccueilAnalyseLe monde islamique n’a pas besoin d’un nouveau Luther

Le monde islamique n’a pas besoin d’un nouveau Luther

Chroniqueur au New York Times, écrivain musulman turc de tendance libérale, Mustafa Akyol nous livre ses réflexions sur la question du réformisme islamique. Pour Akyol, qui estime que le monde musulman a déjà eu ses réformateurs, seul l’Etat peut constituer un agent efficace de réforme sociale de la religion.

Divers intellectuels occidentaux, allant de Thomas Friedman à Ayaan Hirsi Ali, ont soutenu au cours des dernières décennies que les musulmans ont besoin de leur propre Martin Luther pour se sauver de l’intolérance et du dogmatisme. La Réforme protestante que Luther a déclenchée il y a exactement 500 ans, suggèrent ces intellectuels, peut servir de modèle à une Réforme musulmane potentielle. Mais y a-t-il un tel lien entre la Réforme dans la chrétienté et la «réforme» dont aurait besoin le monde musulman ?

Quand l’Empire ottoman protégeaient les protestants

Pour commencer, il convient de rappeler que l’islam, à l’époque de l’Empire ottoman, a aidé le protestantisme à survivre. Au XVIe siècle, une grande partie de l’Europe était dominée par le Saint Empire romain germanique qui disposait de moyens suffisants pour écraser les « hérétiques protestants ». Mais le même empire catholique était également constamment menacé et occupé par « les Turcs » dont le propre empire a aidé par inadvertance les protestants. « Le Turc a été le paratonnerre qui a attiré la tempête », a noté J. A. Wylie dans son classique, Histoire du protestantisme. « C’est ainsi que le Christ couvrit son petit troupeau avec le bouclier du musulman. » Plus important encore, certains des premiers protestants, cherchant désespérément la liberté religieuse pour eux-mêmes, ont trouvé l’inspiration pour cela dans l’Empire ottoman, qui était alors plus ouvert à la pluralité religieuse que la plupart des royaumes catholiques. Jean Bodin, lui-même catholique mais critique, admirait ouvertement ce fait. «Le grand livre des Turcs (Coran), écrivait le philosophe politique dans les années 1580, ne détestait pas la religion des autres; mais au contraire permet à chaque homme de vivre selon sa conscience. » C’est pourquoi Luther lui-même avait écrit sur les protestants qui « veulent que les Turcs viennent et gouvernent parce qu’ils pensent que notre peuple allemand est sauvage et non civilisé ».

Pas de clergé en islam

Ces jours sont certainement terminés depuis longtemps. Les grands bouleversements qui ont commencé en Occident avec la Réforme protestante ont finalement mené aux Lumières, au libéralisme et à la démocratie libérale moderne – ainsi qu’aux fruits les plus sombres de la modernité tels que le fascisme et le communisme. Pendant ce temps, la tolérance pré-moderne du monde musulman n’a pas évolué vers un système d’égalité des droits et des libertés. Bien au contraire, il a été diminué par les courants du nationalisme militant et du fondamentalisme religieux qui ont commencé à voir les non-musulmans comme des ennemis de l’intérieur. Ce sont les musulmans qui cherchant la liberté aujourd’hui regardent l’autre civilisation, l’Occident, admirant qu’il «permette à chaque homme de vivre selon sa conscience».

Le monde musulman contemporain n’a pas besoin d’un Martin Luther mais d’un John Locke, dont les arguments en faveur de la liberté de conscience et de la tolérance religieuse ont planté les graines du libéralisme. En particulier, les Lumières britanniques, plus favorables à la religion, plutôt que les Lumières françaises, peuvent servir de modèle constructif

C’est aussi pourquoi certaines personnes pensent aujourd’hui, surtout en Occident, qu’ « un Martin Luther musulman » est désespérément nécessaire. Cependant, aussi bonnes soient leurs intentions, elles ont tort. Parce que si l’héritage principal de Luther a été l’éclatement du monopole de l’Église catholique sur le christianisme occidental, l’Islam lui n’a pas ce monopole qui doit être contesté. Il n’y a tout simplement pas de «pape musulman» ou d’organisation centrale comme la hiérarchie catholique, dont l’autorité suffocante devrait être brisée. Bien au contraire, le monde musulman – du moins le monde musulman sunnite, qui constitue sa majorité écrasante – n’a aucune autorité centrale, en particulier depuis l’abolition du califat en 1924 par la Turquie républicaine. Le chaos qui s’ensuit semble faire partie du « problème ».

Le monde musulman a déjà eu ses réformateurs

En fait, si le monde musulman d’aujourd’hui ressemble à n’importe quelle période de l’histoire chrétienne, ce n’est pas celle qui précédait la Réforme mais plutôt la période de la Réforme elle-même. Une époque où non seulement les catholiques et les protestants, mais aussi différentes variétés de ces courants, se traitaient mutuellement comme les vrais croyants tout en condamnant les autres comme hérétiques. C’était une période de guerres de religion et de suppression des minorités théologiques. Il serait exagéré de dire que tout le monde musulman traverse actuellement des conflits sectaires sanglants, mais certains de ses aspects, comme l’Irak, la Syrie et le Yémen, le sont sans aucun doute. En outre, divers mouvements de «réforme» ont déjà vu le jour dans le monde musulman au cours des deux derniers siècles. Tout comme la Réforme de Luther, ces mouvements prétendaient revenir aux racines de la religion pour questionner la tradition existante. Alors que certains réformistes ont pris cette mesure avec l’intention de rationaliser et de libéraliser, en nous donnant le courant prometteur appelé «modernisme islamique», d’autres l’ont fait avec le but opposé opposé du dogmatisme et du puritanisme.

Mustafa Akyol.

Cette dernière tendance nous a donné le salafisme, y compris sa version saoudienne wahhabisme, qui est plus rigide et intolérante que le courant dominant traditionnel. Et tandis que la plupart des salafistes ont été non-violents, les violents ont formé le mélange toxique appelé «djihadisme salafiste». C’est pourquoi ceux qui espèrent voir un monde musulman plus tolérant, libre et ouvert devraient chercher l’équivalent non de la Réforme protestante mais du prochain grand paradigme de l’histoire occidentale: les Lumières. Le monde musulman contemporain n’a pas besoin d’un Martin Luther mais d’un John Locke, dont les arguments en faveur de la liberté de conscience et de la tolérance religieuse ont planté les graines du libéralisme. En particulier, les Lumières britanniques, plus favorables à la religion, plutôt que les Lumières françaises, peuvent servir de modèle constructif. (Et, comme je le disais ailleurs, une attention particulière devrait également être accordée aux Lumières juives, également appelées Haskalah, et à ses pionniers tels que Moses Mendelssohn.) L’islam, en tant que religion légaliste, a plus de points communs avec le judaïsme qu’avec le christianisme.

L’Etat est le seul agent crédible de la réforme

Bien heureusement, les efforts pour un Siècle des Lumières musulman sont présents depuis le 19e siècle, sous la forme du «modernisme islamique» mentionné ci-dessus. L’historien britannique Christopher de Bellaigue a démontré avec éloquence les réalisations de cette tendance dans son livre récent « The Islamic Enlightenment ». Il a également noté à juste titre que cette ère prometteuse – appelée aussi «l’ère libérale» de la pensée arabe par le regretté historien Albert Hourani – a connu un grand recul au 20e siècle avec le colonialisme occidental et les réactions qu’il provoquait. Puis vint une vague de «contre-éclaircissement», qui est le renouveau fondamentaliste qui a créé l’islamisme et le djihadisme.

En conséquence, le monde musulman d’aujourd’hui est une zone très complexe, où les laïcs, les réformistes libéraux, les conservateurs anti-libéraux, les intégristes passionnés et les djihadistes violents jouissent tous d’une influence variable d’une région à l’autre, d’une nation à l’autre. La question urgente est de savoir comment faire évoluer ce monde dans une direction positive. Parce qu’il n’y a pas d’autorité religieuse centrale pour montrer le chemin, il faut considérer la seule autorité définitive disponible, à savoir l’état. Que cela nous plaise ou non, l’État a été assez influent sur la religion tout au long de l’histoire de l’Islam. C’est devenu encore plus le cas au siècle dernier, lorsque les musulmans ont massivement adopté l’État-nation moderne et ses outils puissants, tels que l’éducation publique.

Si la Réforme protestante nous apprend quelque chose, c’est que le chemin de la fracture religieuse à la tolérance religieuse est long et tortueux. Le monde musulman est quelque part sur cette route en ce moment, et plus de rebondissements nous attendent probablement dans les décennies à venir

Il importe donc vraiment que l’État favorise une interprétation tolérante ou sectaire de l’islam. Cela compte vraiment, par exemple, quand la monarchie saoudienne, qui a promu le wahhabisme pendant des décennies, promet de promouvoir «un islam modéré», comme l’a récemment fait le prince héritier Mohammed bin Salman, donnant de l’espoir pour l’avenir. Il est particulièrement significatif que cet appel à la modération implique non seulement la lutte contre le terrorisme, mais aussi la libéralisation de la société en limitant la «police religieuse», l’autonomisation des femmes et «l’ouverture au monde et à toutes les religions». Cet argument peut paraître contre-intuitif pour certains libéraux occidentaux, qui sont enclins à penser que la meilleure chose pour un état est de rester en dehors de la religion. Mais dans une réalité où l’Etat est déjà profondément impliqué dans la religion, ses pas vers la modération et la libéralisation devraient être les bienvenus. I

Les conditions d’émergence des Lumières musulmanes

Il convient également de rappeler que le succès des Lumières en Europe était dû en partie à l’ère des «despotes éclairés», les monarques qui ont conservé leur pouvoir alors même qu’ils réalisaient des réformes juridiques, sociales et éducatives cruciales. Quand nous regardons le Moyen-Orient, nous voyons que les pays avec des monarchies éclairées, comme le Maroc ou la Jordanie, encouragent et exemplifient la modération religieuse, contrairement aux nombreuses républiques «révolutionnaires» qui deviennent des États à parti unique autoritaires ou des tyrannies de la majorité. (Seule la Tunisie se distingue comme une tache exceptionnellement brillante.) Et en Malaisie, où j’ai récemment eu la chance inattendue de connaître la « police d’application de la religion », ce sont les sultans qui essayent de garder ces zélotes et leur soutien populaire, en échec. Une véritable illumination islamique nécessiterait d’autres caractéristiques, telles que l’émergence de la classe moyenne musulmane (qui nécessiterait elle-même des économies de marché plutôt que des États rentiers) et une atmosphère de liberté d’expression où les idées nouvelles peuvent être discutées sans persécution. Pourtant, même ceux-ci dépendent beaucoup des décisions politiques que les États vont prendre ou ne pas prendre. Si la Réforme protestante nous apprend quelque chose, c’est que le chemin de la fracture religieuse à la tolérance religieuse est long et tortueux. Le monde musulman est quelque part sur cette route en ce moment, et plus de rebondissements nous attendent probablement dans les décennies à venir. En attendant, ce serait une erreur de regarder les forces les plus sombres dans la crise actuelle de l’Islam et d’arriver à des conclusions pessimistes sur son essence soi-disant immuable.

A lire également : 

« Un réformisme chiite », Mervin

« Islam, l’avenir de la tradition entre la révolution et l’occidentalisation », Charles Saint-Prot

« Intellectuels de l´islam contemporain nouvelles générations, nouveaux débats »