Catégories
Articles récents
AccueilActualitesExposition : ce que les trois religions monothéistes partagent

Exposition : ce que les trois religions monothéistes partagent

Le Musée national de l’histoire de l’immigration consacre actuellement une exposition sur les convergences religieuses entre le judaïsme, le christianisme et l’islam. A travers un voyage en Terre sainte à Jérusalem et Hébron, et au détour du portrait de grandes figures prophétiques ou de héros de la concorde, les fidèles des trois grandes religions découvriront quelques lieux de rencontre entre leurs trois traditions.

Sous la direction des anthropologues Dionigi Albera, directeur de recherche au CNRS, ancien directeur de l’Institut d’ethnologie méditerranéenne, européenne et comparative (IDEMEC, CNRS et Aix-Marseille Université) et Manoël Pénicaud, chargé de recherche à l’Institut d’ethnologie méditerranéenne, européenne et comparative (IDEMEC, CNRS et Aix-Marseille Université), l’exposition « Lieux saints partagés, Coexistences en Europe et en Méditerranée » présentée au Musée national de l’histoire de l’immigration revisite les lieux sacrés de la mémoire religieuse commune des trois grandes religions juive, chrétienne et musulmane.

Des lieux d’une force spirituelle communicante
« En Europe et en Méditerranée, la question des identités religieuses est l’une des plus sensibles du XXIe siècle. Pourtant, depuis leurs origines, les trois monothéismes (judaïsme, christianisme, islam) partagent des croyances, des pratiques, des figures tutélaires et des sanctuaires », est-il indiqué sur le site internet du Musée. Sans tomber dans l’irénisme d’un concordisme utopique, l’exposition souligne néanmoins tous les points d’ancrage que partagent les religions monothéistes mais qui demeurent souvent méconnus des fidèles. « Caractérisés par une force spirituelle plus importante, ces lieux saints laissent libre cours à plus de dévotion individuelle et de créativité rituelle. Dans certains de ces espaces partagés, la rencontre est marquée par une nette séparation des fidèles qui peut se décliner en hostilité, tandis que dans d’autres, elle génère porosités et hospitalité interreligieuse ». Un parcours retrace l’itinéraire d’un voyage parcourant toutes les stations historiques qui ont parsemé la vie religieuse des religions du Livre.

Sur les traces de Jérusalem
En partant de Jérusalem, « l’exposition chemine vers l’Europe continentale en passant par différentes îles et rivages de la Méditerranée, dans un parcours jalonné de portraits de “bâtisseurs de paix” qui sont les facilitateurs du partage ». Cette exposition parisienne est la troisième présentation après une première présentation au Mucem à Marseille en 2015, puis au musée du Bardo à Tunis en 2016. « Cette étape est le fruit d’une réécriture complète et d’une nouvelle sélection d’œuvres pour le Musée national de l’histoire de l’immigration », précise le Musée national de l’histoire de l’immigration.

A lire également :

« Trois messagers pour un seul Dieu », Roger Arnaldez

« Le Coran, Jésus et le judaïsme »

 

Partager