Catégories
Articles récents
AccueilActualitesBen Carrington : les musulmans n’ont pas importé le terrorisme en Europe

Ben Carrington : les musulmans n’ont pas importé le terrorisme en Europe

Ben Carrington. 

Sociologue et professeur à l’université anglaise de Brighton, Ben Carrington revient sur les accusations outre-manche d’importation du terrorisme par les populations musulmanes sur le Vieux Continent. Il remet en perspective, de la généalogie française du terrorisme post-révolutionnaire à l’IRA, l’OAS et les Brigades rouges, l’histoire compliquée des liens entre violence politique et identité dans un article publié dans le Pacific Standard.

Si l’on en croit les experts de droite, les attentats tragiques de Manchester Arena et de Londres représentent les derniers épisodes d’une forme de violence jusqu’alors inconnue en Europe. L’idée que le terrorisme est nouveau en Europe néglige un certain nombre de faits, notamment le fait que le mot même a été inventé en France, le terrorisme étant associé à l’arrivée au pouvoir des Jacobins et au règne de terreur de l’État français dans les années 1790. Le terrorisme n’est pas un épisode nouveau en Europe. Comme le montrent les histoires coloniales des Britanniques au Kenya, des Belges en République Démocratique du Congo et des Français en Algérie, peu de choses sont plus européennes que des actes de violence visant des civils, actes conçus pour attiser la peur et exploiter la panique à des fins de contrôle social. Sur Fox News, Tucker Carlson a pourtant affirmé que, en dehors des exemples isolés de l’Irlande du Nord, de l’Italie et du Pays basque, le terrorisme était nouveau en Europe.

Les thèses culturalistes des anti-islam

Le présentateur a blâmé le « multiculturalisme » et les changements démographiques (mots de code désignant l’islam et les musulmans) comme étant les causes premières de ces événements horribles. Faisant écho à Carlson, le Daily Mail a également accusé l’immigration de masse sous Tony Blair et la « doctrine de gauche du multiculturalisme » d’avoir attiré des communautés de migrants violents « coupées de nos valeurs et de nos traditions ». Cette vision de la « mort de l’Europe » – la fin de la civilisation occidentale aux mains des hordes musulmanes envahissantes – se propage de plus en plus fréquemment dans les mouvements de droite, au point que la délimitation est floue entre des nationalistes blancs et de soi-disant commentateurs de droite plus respectables et plus sérieux. Après les attentats de Nice, Newt Gingrich avait déclaré : « Permettez-moi d’être aussi franc et direct que possible : la civilisation occidentale est en guerre, nous devons tester franchement chaque personne qui est d’origine musulmane et s’ils croient en la charia, ils devraient être expulsés » (Gingrich a apparemment oublié qu’une personne peut être simultanément américaine, « occidentale », et musulmane).

Malgré le langage hyperbolique des médias, l’Angleterre n’est pas plus « ébranlée » maintenant qu’elle ne l’était dans les années 1970 et 1980, lorsque la menace des bombardements de l’IRA était une caractéristique de la vie quotidienne. Nous devons réfuter la fausse histoire d’une Europe sans violence qui existait avant l’arrivée des « musulmans »

Douglas Murray du Spectator a également fait écho à cette position islamophobe standard que l’Islam est incompatible avec la non-violence, avec les valeurs des Lumières et a soutenu avec insistance que « l’Islam n’est pas une religion pacifique », ajoutant : « Le monde serait un endroit infiniment plus sûr si Muhammad s’était comporté plus comme Bouddha ou Jésus. » Dans son dernier livre, Murray va jusqu’à dire que, à moins d’éjecter ce qu’il appelle « les nouveaux migrants », l’Europe commettra effectivement un suicide civilisationnel.

L’Europe et le terrorisme : une vieille histoire

Ce que Carlson a affirmé au sujet du terrorisme est tout simplement faux. Presque tous les grands pays européens ont connu des luttes politiques violentes, notamment dans les années 1960 et 1970, comme les attaques menées par la faction de l’Armée rouge en Allemagne et des groupes de droite comme l’Organisation de l’Armée Secrète en France. L’Europe compte actuellement un certain nombre de groupes nationalistes blancs qui ont produit des terroristes tels qu’Anders Behring Breivik, qui à lui seul a tué 77 personnes en juillet 2011 en Norvège. Comme Carlson, Gingrich, Murray et le Daily Mail, Breivik reprochait à l’islam, au multiculturalisme et aux politiques de saper la civilisation occidentale et de faire poser une menace existentielle sur l’Europe, qu’il définissait naturellement comme blanche et chrétienne.

L’Angleterre, bien sûr, a connu le terrorisme pendant des décennies à cause des soi-disant « troubles » découlant de l’occupation coloniale et de la partition politique de l’Irlande. En effet, l’un des principaux centres commerciaux de Manchester, l’Arndale Center, qui se trouve à proximité de la Manchester Arena, a lui-même été bombardé par l’armée républicaine irlandaise en juin 1996. L’IRA a placé des explosifs dans un camion en Grande-Bretagne blessant plus de 200 personnes. Les Anglais ont même une journée consacrée au terrorisme religieux et aux « bombardiers de la maison », appelée « Bonfire Night ». Chaque année, en novembre, des feux d’artifices sont allumés à travers le pays pour marquer la tentative d’assassinat du roi Jacques Ier par Guy Fawkes lors de l’ouverture du parlement, le 5 novembre 1605. Fawkes et ses conspirateurs se battaient pour les droits des catholiques à ne pas être persécutés par les protestants. Avant même le film V pour Vendetta, Guy Fawkes était devenu un anti-héros révolutionnaire ; maintenant, les masques Guy Fawkes sont portés par des activistes radicaux et des manifestants à travers le monde.

Ne pas réduire, ni ignorer le contexte géopolitique

L’amnésie historique sélective autour des attentats de Manchester et Londres est directement liée au refus de reconnaître le contexte plus large de la violence. Le passé colonial britannique et les récentes interventions militaires en Afghanistan et en Irak, et récemment en Libye et dans une certaine mesure en Syrie, constituent un meilleur point de départ que les arguments contestés sur la question de savoir si l’islam est intrinsèquement enclin à la violence. Comme l’a dit récemment le dirigeant du Parti travailliste, Jeremy Corbyn, il est faux de suggérer que de telles attaques terroristes peuvent être « réduites aux seules décisions de politique étrangère », a souligné à juste titre Corbyn en évoquant « les liens entre les guerres que notre gouvernement soutient ou mène dans d’autres pays, comme la Libye, et le terrorisme ici à la maison. »

Nous devons remettre en question les idées déplacées selon lesquelles les cultures nationales sont des entités monolithiques et autonomes, que nous assistons à un choc des civilisations, que le terrorisme est nouveau en Europe. Ce sont des tâches urgentes si nous arrêtons le cycle de la violence destructrice.

Les interventions militaires au Moyen-Orient, l’islamophobie et les politiques étrangères égoïstes n’ont pas forcé ces jeunes hommes à commettre des massacres au nom de l’islam, mais aucune analyse sur la façon dont ces attaques pourraient être arrêtées ne peut ignorer ces données géopolitiques si elle veut être prise au sérieux. Malgré le langage hyperbolique des médias, l’Angleterre n’est pas plus « ébranlée » maintenant qu’elle ne l’était dans les années 1970 et 1980, lorsque la menace des bombardements de l’IRA était une caractéristique de la vie quotidienne. Nous devons réfuter la fausse histoire d’une Europe sans violence qui existait avant l’arrivée des « musulmans » ; Les musulmans, bien sûr, ont été Européens pendant des siècles, et Salman Abedi, le kamikaze de Manchester, était un citoyen britannique, pas un migrant – un peu comme presque tous les hommes impliqués dans des atrocités similaires ces dernières années.

Le multiculturalisme et l’ADN britannique

Il faut affirmer catégoriquement que le multiculturalisme et la migration ne sont pas nouveaux en Angleterre ; au contraire, de tels mouvements humains et échanges culturels ont défini les caractéristiques de la vie anglaise depuis au moins les premiers jours de l’Empire. Le thé anglais a été créée à partir de la fusion des feuilles de thé de l’Inde et la canne à sucre des champs des Caraïbes. Comme Edward Said l’a dit un jour, « Qui en Grande-Bretagne ou en France peut dessiner un cercle autour du Londres britannique ou du Paris français qui exclurait l’impact de l’Inde et de l’Algérie sur ces deux villes impériales ? ». Deux jours après l’attentat de Manchester, Manchester United a remporté la finale de la Ligue Europa. L’équipe multi-raciale, multiethnique et multiconfessionnelle, encouragée par les Mancuniens de tous horizons, représentait le véritable esprit de Manchester et de l’Angleterre. C’est l’arménien Henrikh Mkhitaryan et le joueur français Paul Pogba qui ont marqué les buts gagnants pour le club. Après que Pogba a déclaré : « Nous avons gagné pour eux, les gens de Manchester, nous avons joué pour le pays, pour l’Angleterre, Manchester et les gens qui sont morts. » Si nous voulons vraiment honorer les vies perdues par la violence terroriste, nous devons remettre en question les idées déplacées selon lesquelles les cultures nationales sont des entités monolithiques et autonomes, que nous assistons à un choc des civilisations, que le terrorisme est nouveau en Europe. Ce sont des tâches urgentes si nous arrêtons le cycle de la violence destructrice.

A lire également : 

« Islam contre Terrorisme », Didier Ali Hamoneau