Catégories
Articles récents
AccueilBilletAmara Bamba : y a-t-il une seconde vie pour les repentis ?

Amara Bamba : y a-t-il une seconde vie pour les repentis ?

repenti
Farid Benyettou. 

Co-fondateur du site d’information Saphirnews.com, Amara Bamba est un observateur attentif et expérimenté du paysage islamique francophone. Dans ce billet que Mizane.info publie avec son aimable autorisation, il nous parle du livre de l’anthropologue Dounia Bouzar dans lequel elle donnait la parole à Farid Benyettou, un ancien mentor des frères Kouachi devenu infirmier et selon la terminologie en vigueur, un repenti. Un terme toujours mal digéré dans la presse mainstream comme l’explique Amara Bamba.

repenti

Vous n’avez pas lu ce livre. J’en suis presque sûr. C’est bien ce qu’ils ont voulu. Le système et ses médias ont fait le nécessaire pour. J’aurais pourtant aimé écrire cette histoire saine, ordinaire, d’un jeune français ordinaire, dans un cheminement ordinaire, vers un islam ordinaire en France.

Le jeune qui témoigne est Farid Benyettou. Epris de justice il veut agir. Il est ado lorsqu’il voit dans l’islam le moyen de lutter contre l’injustice. Comme bien de jeunes de France, il chemine sans guide ni maître autre que son cerveau analytique au service de son mental !

« Il était jeune et il s’est trompé »

Il apprend seul, raisonne seul. Choisit seul ; le référent qu’il peut, celui qui lui plait. Dans le magma du dogmatisme islamique, il fait son marché. Autodidacte acharné, il devient ainsi le savant et le référent d’autres jeunes qui cheminent seuls aussi. Parmi eux les frères Kouachi qui ont rempli les colonnes des journaux en vidant leurs chargeurs dans les locaux de Charlie Hebdo.

Mais bien avant l’Affaire Charlie, Farid Benyettou veut aller se battre en Irak. Il n’aura pas le temps de prendre l’avion. Il est jugé, condamné. Prison. Libéré. Ecole d’infirmiers. Il sort infirmier. Finie l’adolescence. Un adulte comme un autre.

Farid n’a jamais été au front. Il a été en prison. Des études. Un métier. Il n’a tué personne. Il n’a tiré sur personne. Et il condamne les tueurs. « Je suis Charlie » dit-il. En médias, il est entré djihadiste, il est resté « repenti ».

Qd les gars de Charlie sont assassinés, la France découvre les frères Kouachi. Quelques journalistes se souviennent qu’il y a longtemps, autrefois, les deux Kouachi trainaient avec un jeune enturbanné qui est sorti de prison et qui se nomme Benyettou !! On le retrouve on lui donne la parole.

Farid répond qu’il a connu les Kouachi. Il dit qu’il a changé. Qu’il n’est plus djihadiste. Qu’il est infirmier. Qu’il aime la France. Qu’il est Charlie. Qu’il était jeune et qu’il s’est trompé. Qu’il veut aider d’autres jeunes loin de la haine, loin de la violence, etc. etc…

Bref, en français, Farid est un repenti.

La guerre des guillemets

repenti

Amara Bamba est le co-fondateur du site d’information Saphirnews.com.

Les journaux diront « repenti ». Journal après journal, j’ai parcouru leurs papiers et j’ai souri en secouant la tête car il y avait ces guillemets qui faisaient la danse du ventre devant et derrière le repenti.

Farid n’a jamais été au front. Il a été en prison. Des études. Un métier. Il n’a tué personne. Il n’a tiré sur personne. Et il condamne les tueurs. « Je suis Charlie » dit-il. En médias, il est entré djihadiste, il est resté « repenti ».

La guerre des guillemets a tué ce beau livre.

En vérité, Farid témoigne pour bien de jeunes en France. Ils cherchent leur voie. Ils le font seuls. Dans l’idéologie islamique ils s’égarent avant de trouver la foi islamique. Dounia Bouzar le sait parce qu’elle est anthropologue. Dans « Mon djihad, Itinéraire d’un repenti », elle révèle et explique les étapes du cheminement de Farid Benyettou. Un livre rare.

On en trouve pour des Anglais et des Américains. Mais en France, depuis sa publication il y bientôt deux ans, je n’en connais pas mieux pour le moment. Mais vous n’avez pas lu ce livre. Je suis presque sûr de moi. Car c’est bien ça qu’ils ont voulu.

Amara Bamba

A lire également : 

repenti

« La république ou la burqa », Dounia Bouzar

« Quelle éducation face au radicalisme religieux ? », Dounia Bouzar